Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les taxis volants Seabubbles à la conquête des riches clients américains

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Après avoir parcouru la Seine et le lac Léman, les taxis volants Seabubbles sont à Miami, pour une opération séduction aux États-Unis. Et cela semble marcher, le véhicule a déjà conquis plusieurs acheteurs privés.

Les taxis volants Seabubbles à la conquête des riches clients américains
Le Seabubbles fend les eaux de Miami - une première aux Etats-Unis.
© Seabubbles

En attendant de fendre les cieux en voiture, on pourra bientôt survoler les flots. C'est la promesse faite aux Américains par l’architecte naval Alain Thébault. Celui à qui on doit déjà l’Hydroptère, un voilier pouvant naviguer hors de l’eau, présente à Miami son dernier-né, le Seabubbles, qui ressemble à s’y méprendre aux véhicules volants du Cinquième Élément.

Déjà testé à Paris, sur la Seine, et sur le lac Léman, ce qui deviendra peut-être le futur des taxis aquatiques se balade actuellement autour de Miami. Et le coup de com' semble avoir payé. Une poignée d’acheteurs américains auraient déjà précommandé leur appareil, pour la modique somme de 200 000 dollars, soit 176 000 euros. La production devrait également démarrer pour une clientèle russe et hollandaise.

 

(compte Instagram de Seabubbles)

 

Encore au stade de prototype, l’engin est aussi grand qu’une voiture familiale, avec cinq places à l’intérieur. Son système électrique de conduite de 20 kilowatt alimente deux hélices sous la surface. Lorsque la vitesse atteint les 13 km/h, les foils soulèvent le tout 40 centimètres hors de l’eau, pour atteindre une vitesse maximale de 28 km/h. Le produit final devrait être plus rapide, avoir une meilleure autonomie et se charger en 35 minutes.

Loin d’être une simple lubie, le procédé permet de réduire la traînée d’environ 40 % et d’augmenter l’autonomie de la batterie de 21,5 kilowattheure à environ deux heures ou 40 kilomètres. Comptez tout de même un temps de recharge de cinq heures. S'élever au-dessus de la surface, et de possibles vagues, améliore le confort de conduite et évite au bateau de tanguer.

Pas de risque d’instabilité non plus. Plusieurs capteurs gyroscopiques et des capteurs d’altitude mesurent en continu le roulis, et le système de pilotage électronique corrige automatiquement la position en cas d’inclinaison trop forte.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle