Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

Les syndicats démontent les arguments du Front national

Cécile Maillard , ,

Publié le

CGT et CFDT viennent de publier des argumentaires qui démontent, point par point, les propositions de Marine Le Pen susceptibles de séduire les salariés et parfois leurs militants, lors de l'élection présidentielle.

Les syndicats démontent les arguments du Front national © DR

Mardi 11 avril, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, participait à une journée-débat organisée à Valence pour lutter contre les idées du Front national. Baptisé "Extrême-droite, l’envers du décor", le meeting de la Drôme succède à plusieurs autres rencontres organisées avec Solidaires et la FSU dans le Vaucluse en décembre, près de Hénin-Beaumont en février. Il précède un rendez-vous à Toulon, en fin de semaine, avec 60 militants CGT du Var. Des villes choisies en raison du fort ancrage local du Front national. La CFDT, elle, a publié, fin mars, un argumentaire de quatre pages qui explique les conséquences de certaines propositions du Front national comme la préférence nationale et la sortie de l’euro.

Pour les syndicats, l’enjeu est de taille. Le programme de Marine Le Pen reprend certaines de leurs revendications, sur les salaires ou les retraites, se pose en défenseur des travailleurs et des bas revenus, attaque les multinationales et la politique libérale de l’Union européenne… Autant de thèmes auxquels sont sensibles les salariés mais aussi parfois les militants syndicaux. Dans un tract sur "l’imposture sociale du FN", la fédération mines-énergie de la CGT proteste contre le fait "que le FN fasse croire qu’il reprend sur nombre de sujets, l’argumentaire de défense de l’intérêt des travailleurs que porte depuis toujours la CGT".

Méthode CGT : Fiches et formation syndicale

La CGT, si elle a accéléré le rythme de ses rencontres depuis septembre 2016, a choisi d’adopter une démarche de longue haleine. A l’automne 2013, le syndicat s'est doté d’un groupe de travail interne d’une douzaine de personnes, dont l’objectif est "de mener une campagne syndicale contre les idées de l’extrême-droite", selon les termes très choisis de Pascal Debay, membre de la direction confédérale et responsable de ce groupe. "Notre but n’est pas de faire une chasse aux sorcières, mais de convaincre, par une démarche d’éducation populaire, d’apporter des repères, par la pédagogie, et d’amener un salarié tenté par le FN à comprendre la vraie nature de son programme."

Le pôle "formation syndicale" de la CGT a élaboré une dizaine de fiches thématiques, envoyées aux unions départementales et syndicats. Celle sur le travail explique que la proposition du FN de taxer les importations de 3 % entraîne une perte du pouvoir d’achat, alors que le FN la présente comme un moyen de financer une prime ; la fiche sur la fiscalité proteste contre les baisses de cotisations patronales préconisées par le Front national pour les TPE et PME ; celle sur l’industrie reconnaît que "la manœuvre est délicate", tant les propositions du FN, prises une par une, paraissent favorables à l’industrie. "Mais en faisant le lien avec les autres propositions du FN et surtout avec ses conceptions fondamentales, l’ensemble devient contradictoire et sans cohérence", souligne la fiche. "Le problème, explique Pascal Debay, c’est que pour contrer des propositions simples, il faut parfois entrer dans des choses plus complexes…" S’il reconnaît quelques résistances ici ou là, de militants qui ne souhaitent pas intervenir sur le champ politique auprès des salariés, il souligne que fiches et journées de formation connaissent un grand succès.

Méthode CFDT : "combattre un simplisme qui refuse la complexité du monde"

La CFDT a aussi ressenti le besoin de présenter le programme dans sa globalité. "Les arêtes historiques du programme du Front national, comme la préférence nationale, sont ensevelies sous un galimatias de propositions glanées de-ci de-là, qui tentent de camoufler sa vraie logique, décrypte Frédéric Sève, en charge du sujet à la CFDT. Nous avons ressenti le besoin d’introduire un décodage non seulement du programme, mais aussi du projet du Front national." Dans son document de quatre pages, la CFDT explique pourquoi "le protectionnisme ne sauvera pas l’industrie française", que "le FN nuit gravement aux femmes", exemple de positions et propositions à l’appui, ou que "le FN a toujours montré une volonté de brider les associations et les syndicats". "Toutes les propositions du Front national tournent autour de l’idée qu’il suffirait de… sortir de l’euro, taxer les importations, appliquer la préférence nationale, pour régler tous les problèmes, réfute Frédéric Sève. Ce simplisme est un refus de la complexité du monde, et la CFDT est habituée à refuser les positions binaires… "

Au-delà de ce document, la CFDT a organisé une série de rencontres avec des universitaires pour étayer la réflexion, replacer dans des perspectives historiques, enrichir les arguments de ses militants. Frédéric Sève entend poursuivre cette action en sortant du milieu syndical. "Il y a un besoin de revaloriser le débat démocratique dans la société, reprendre l’habitude de débattre plutôt que de se forger une opinion en restant seul chez soi devant la télé… "

FO reste à l'écart

CGT et CFDT le soulignent : tous les milieux professionnels sont désormais touchés. Education nationale, services sociaux, commerces, industrie… Pour l’avenir, la CGT souhaite s’adresser prioritairement aux jeunes. "Dans tous mes déplacements, me remontent des témoignages sur le succès des idées de l’extrême droite auprès des jeunes", s’inquiète Pascal Debay.

Force ouvrière reste en-dehors de ce mouvement anti-FN. Traditionnellement, le syndicat de Jean-Claude Mailly refuse de combattre le Front national. FO est d’ailleurs le syndicat dont les "sympathisants" ont le plus voté pour le Front national, selon une enquête de l’IFOP en 2015 pour les élections régionales. Un vote qui reste en-dessous de celui de la moyenne des salariés.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle