Les syndicats d'Engie l'appellent à renoncer à son dividende pour sécuriser ses flux de trésoreries

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Économie, les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019, pour sécuriser les flux de trésorerie et participer à la relance de l'économie française, une fois la pandémie de coronavirus terminée. La suppression de ce dividende pourrait représenter un manque à gagner de 461 millions d'euros pour l'État, qui détient 23,6 % du capital du groupe.

Partager
Les syndicats d'Engie l'appellent à renoncer à son dividende pour sécuriser ses flux de trésoreries
Les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019.

Les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019 pour lui permettre de sécuriser ses flux de trésorerie et de participer à la relance de l'économie française une fois que la pandémie de coronavirus sera terminée, selon une lettre ouverte adressée au ministre de l'Economie.

Le fournisseur de gaz et d'électricité, également très actif dans les services, a annoncé fin février qu'il proposerait un dividende de 0,80 euro par action au titre de 2019, en hausse de 7%, lors de l'assemblée générale des actionnaires prévue le 14 mai prochain.

"Tout mettre en oeuvre pour sécuriser ses flux de trésorerie"

Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, les syndicats d'Engie - CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO - estiment cependant que le groupe "doit tout mettre en œuvre pour sécuriser ses flux de trésorerie afin d'accompagner ses clients et ses fournisseurs dans des délais de paiement adaptés mais également participer à la relance rapide de l'économie nationale dès la sortie de cette pandémie".

L'intersyndicale demande en conséquence à l'Etat actionnaire, en s'adressant au ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, de se prononcer contre le dividende prévu au titre de l'exercice 2019 lors de l'assemblée générale et de voter en faveur d'une résolution, proposée par les partenaires sociaux, plafonnant à quelque 50% les futurs taux de distribution d'Engie.

Un manque à gagner pour l'Etat de 461 millions d'euros

L'Etat français détenant 23,6% du capital d'Engie, la suppression du dividende au titre de 2019 représenterait pour lui un manque à gagner de 461 millions d'euros environ.

Bruno Le Maire a de son côté demandé mardi 24 mars "à toutes les entreprises, notamment les plus grandes, de faire preuve de la plus grande modération" dans leur politique de versement des dividendes.

La directrice générale par intérim d'Engie, Claire Waysand, a pour sa part déclaré au quotidien Les Echos que le groupe, dans le contexte du coronavirus, permettait à ses petits clients professionnels faisant l'objet d'une fermeture de ne pas effectuer de paiement pendant trois mois, puis de bénéficier d'un étalement de leur facture sans frais sur les quatre mois suivants.

Ce soutien fait suite à l'annonce par Emmanuel Macron d'une suspension des factures d'électricité, d'eau et de gaz pour les très petites entreprises (TPE) en difficulté en raison de la crise sanitaire.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Marc Angrand)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Ingénieur Sûreté de Fonctionnement - Assurance qualité Logiciel (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 26/07/2022 - CDI - La Défense

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS