Economie

Les syndicats d'Engie l'appellent à renoncer à son dividende pour sécuriser ses flux de trésoreries

, , ,

Publié le , mis à jour le 25/03/2020 À 15H39

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Économie, les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019, pour sécuriser les flux de trésorerie et participer à la relance de l'économie française, une fois la pandémie de coronavirus terminée. La suppression de ce dividende pourrait représenter un manque à gagner de 461 millions d'euros pour l'État, qui détient 23,6 % du capital du groupe.

Les syndicats d'Engie l'appellent à renoncer au dividende qu'il proposait
Les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019.
© CHARLES PLATIAU

Les syndicats d'Engie demandent la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019 pour lui permettre de sécuriser ses flux de trésorerie et de participer à la relance de l'économie française une fois que la pandémie de coronavirus sera terminée, selon une lettre ouverte adressée au ministre de l'Economie.

Le fournisseur de gaz et d'électricité, également très actif dans les services, a annoncé fin février qu'il proposerait un dividende de 0,80 euro par action au titre de 2019, en hausse de 7%, lors de l'assemblée générale des actionnaires prévue le 14 mai prochain.

"Tout mettre en oeuvre pour sécuriser ses flux de trésorerie"

Dans le contexte de la pandémie de coronavirus, les syndicats d'Engie - CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT et FO - estiment cependant que le groupe "doit tout mettre en œuvre pour sécuriser ses flux de trésorerie afin d'accompagner ses clients et ses fournisseurs dans des délais de paiement adaptés mais également participer à la relance rapide de l'économie nationale dès la sortie de cette pandémie".

L'intersyndicale demande en conséquence à l'Etat actionnaire, en s'adressant au ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, de se prononcer contre le dividende prévu au titre de l'exercice 2019 lors de l'assemblée générale et de voter en faveur d'une résolution, proposée par les partenaires sociaux, plafonnant à quelque 50% les futurs taux de distribution d'Engie.

Un manque à gagner pour l'Etat de 461 millions d'euros

L'Etat français détenant 23,6% du capital d'Engie, la suppression du dividende au titre de 2019 représenterait pour lui un manque à gagner de 461 millions d'euros environ.

Bruno Le Maire a de son côté demandé mardi 24 mars "à toutes les entreprises, notamment les plus grandes, de faire preuve de la plus grande modération" dans leur politique de versement des dividendes.

La directrice générale par intérim d'Engie, Claire Waysand, a pour sa part déclaré au quotidien Les Echos que le groupe, dans le contexte du coronavirus, permettait à ses petits clients professionnels faisant l'objet d'une fermeture de ne pas effectuer de paiement pendant trois mois, puis de bénéficier d'un étalement de leur facture sans frais sur les quatre mois suivants.

Ce soutien fait suite à l'annonce par Emmanuel Macron d'une suspension des factures d'électricité, d'eau et de gaz pour les très petites entreprises (TPE) en difficulté en raison de la crise sanitaire.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Marc Angrand)

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

28/03/2020 - 16h24 -

Je suis en retraite, j'ai besoin de mes dividendes pour payer mes charges. On ne demande pas aux propriétaires d'immeubles de passer sur leurs loyers, aux détenteurs d'obligations de l'Etat de passer leurs coupons, aux détenteurs de livrets bancaires de passer leurs intérêts. Qu'est- ce que cette discrimination, sortie de l'extrême gauche avec Philippe Martinez (qu'on n'a pas vu diminuer sa rémunération pendant les grèves sur la retraite ni actuellement pour être solidaire) Est-ce que le ministre Bruno Le Maire va couper son traitement de premier ministre par deux par solidarité?
Répondre au commentaire
Nom profil

28/03/2020 - 15h19 -

Que l'état s'amuse qu'il supprime déjà leurs privilèges, leurs enveloppes qui soi disant pour pour aider des associations et aussi tant quil y sont pourquoi pas supprimer les intérêts de nos livrets d'épargne pour aider les banques à payer les parachutes dorées
Répondre au commentaire
Nom profil

28/03/2020 - 11h31 -

Supprimer les avantages des gaziers seraient un bon compromis en ce moment.Tout les gens doivent payer les consommations au prix juste, les syndicats compris.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte