Les salariés en arrêt pour garde d’enfants vont basculer dans le chômage partiel

Le 1er mai, les salariés en arrêt maladie parce qu’ils gardent leurs enfants ou sont particulièrement vulnérables, basculeront dans une indemnisation en activité partielle. Une solution pour qu’ils perdent moins en pouvoir d’achat tout en limitant les coûts pour les entreprises.

Partager
Les salariés en arrêt pour garde d’enfants vont basculer dans le chômage partiel
Les salariés en arrêt maladie pour garde d'enfants ou vulnérabilité seront indemnisés, à partir du 1er mai, par le chômage partiel, et non plus par la Sécurité sociale.

Les écoles sont fermées depuis un mois, et 1,7 million de parents sont indemnisés par l’Assurance maladie pour les garder. Or au bout d’un mois, selon la loi, les indemnités journalières de la Sécurité sociale baissent, pour les salariés ayant entre 1 et 5 ans d’ancienneté, pour passer de 90% de leur salaire brut à 66%. Beaucoup de parents allaient donc être confrontés à une forte chute de leur pouvoir d’achat. Ceux ayant de 5 à 10 ans d’ancienneté l’auraient été de la même manière au bout de 40 jours d’indemnités journalières, ceux ayant plus de 10 ans au bout de 50 jours, soit à partir du 6 mai.

A LIRE AUSSI

[Coronavirus] Que doit faire mon employeur si je n'ai pas de solution de garde pour mon enfant ?

Un décret du 17 avril, d’application immédiate, impose aux entreprises de maintenir jusqu'à fin avril une rémunération à hauteur de 90% à tous leurs salariés en arrêt maladie pour garde d'enfants ou santé fragile. Même s’ils ont moins de cinq ans d’ancienneté. "Un effort est demandé aux entreprises pour 15 jours", reconnaît-on dans l’entourage de la ministre du Travail. En effet, quand un salarié perçoit 90% de son salaire en arrêt maladie, 50% proviennent de la Sécurité sociale, 40% de son employeur.

100% pour les salariés au Smic

Mais le gouvernement n’a pas voulu en demander trop aux employeurs, craignant de mettre en difficulté les plus petites entreprises. A partir du 1er mai, afin que les salariés en arrêt maladie perçoivent plus que 66% de leur salaire brut sans mettre à contribution les employeurs, ils basculeront sous le régime de l’activité partielle, indemnisée à hauteur de 70% du salaire brut. La différence est minime, mais l’activité partielle est actuellement indemnisée à 100% pour les salariés au Smic, certaines branches ou entreprises prévoient un complément de rémunération, non soumis à cotisations sociales.

Les salariés ayant plus de 10 ans d'ancienneté passeront donc à 70% de leur salaire brut dès le 1er mai, au lieu de basculer à 66% le 6 mai.

Les 966 000 établissements ayant déjà recours à l’activité partielle, pour 9,3 millions de salariés au 17 avril, pourront demander, sur internet, de nouvelles heures, tandis que les autres devront faire une demande classique. Le salarié sera payé par son entreprise, qui se fera rembourser par l’Etat. Contrairement aux journées d'arrêt maladie, qui ne pouvaient pas être fractionnées, celles de chômage partiel peuvent l'être en demi-journées. Si l'école ouvre seulement le matin, par exemple, ou si un parent travaille le matin et l'autre l'après-midi.

2,1 millions de personnes concernées

Le gouvernement espère que le nombre de parents indemnisés pour garder leurs enfants baissera significativement à partir du 11 mai, date de reprise progressive de l’école. Mais le dispositif, présenté sous forme d’amendement au projet de loi de finances rectificatif actuellement examiné par le parlement, restera en vigueur tant que des écoles seront fermées. Il bénéficiera également aux 400 000 salariés en arrêt maladie parce que particulièrement vulnérables. 2,1 millions de personnes sont donc concernées.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Expert(e) naval - Jauge (F/H)

BUREAU VERITAS - 11/06/2022 - CDI - Saint Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS