Economie

Les salaires ont moins augmenté que prévu en 2015

Marine Protais , ,

Publié le

Le cabinet de conseil Mercer a publié mercredi 30 septembre son enquête annuelle sur les rémunérations en France. En 2015, les entreprises avaient annoncé des augmentations supérieures à celles finalement constatées. Les cadres supérieurs sont les plus touchés par le gel des salaires.

De précédentes études sur les rémunérations des Français montrent que les augmentations de salaires sont en baisses (celle de l'Apec et du cabinet Aon Hewitt). Dans la même ligne, le rapport du cabinet Mercer France révèle que les budgets d’augmentation salariale sont plus faibles que ce qui avait été annoncé en 2014.

En juin 2014, les entreprises annonçaient des budgets médians de 2,5 % pour 2015. Or, les niveaux médians d’augmentation pratiqués en 2015 sont de 2 %.

L’enquête de Mercer a été réalisée auprès de 483 entreprises tous secteurs confondus, majoritairement des industriels. Notons que 80% d’entre elles sont des filiales d’entreprises étrangères.

L’étude souligne que "l’inflation entre 0 et 0,3 % devrait être largement couverte", même si les budgets d’augmentation sont plus faibles que prévu.

Des pratiques hétérogènes

Comme le soulignait le cabinet Aon Hewitt, Mercer montre que les pratiques des entreprises en matière d’augmentation sont assez hétérogènes. Les budgets médians allant de 1,3 % à 2,5 %. Mais peu d’entreprises se sont démarquées avec des augmentations très élevées, note Mercer. En moyenne, les cadres ont été davantage augmentés que les cadres dirigeants et les ouvriers.

Les entreprises ont été moins nombreuses à geler les salaires que prévu. Sauf pour les cadres supérieurs et les cadres dirigeants, 6 % des entreprises interrogées avaient annoncé vouloir geler leur salaire, et 8 % l’ont effectivement fait en 2015.

Gel des salaires en hausse pour 2016

Les prévisions pour 2016 ressemblent aux résultats de 2015. Les entreprises prévoient un budget médian d’augmentation de 2 %. En revanche, les gels de salaires seront plus important en 2016 : 8% des entreprises envisagent cette mesure. L’étude révèle que peu d’entreprises, 21 %, souhaitent embaucher en 2016, contre 26% en 2015. Elles sont cependant moins nombreuses à vouloir licencier, 13% contre 22 % l’année passée. La tendance est donc à la stabilisation des effectifs.

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte