Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les retards de paiement freinent la reprise économique, alerte Emmanuel Macron

Arnaud Dumas

Publié le

Les retards de paiement atteignaient encore 12,6 jours au premier trimestre 2016. Encore trop élevé pour le ministre de l’Economie, qui va présenter à  l’Assemblée nationale un renforcement des sanctions contre les mauvais payeurs dans le projet de loi Sapin II.

Les retards de paiement freinent la reprise économique, alerte Emmanuel Macron © Pascal Guittet

Les retards de paiement demeurent élevés en France. A l’occasion des Assises des délais de paiement, qui se tenaient à Bercy mercredi 8 juin, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a fait part de sa préoccupation. "La situation reste insatisfaisante", a déclaré le ministre de l’Economie.

Selon lui, les retards de paiement constituent "un frein à la dynamique de reprise économique". Notamment pour les entreprises innovantes qui ont besoin d’être payées dans les temps pour financer leur croissance.

Selon une étude du cabinet Altares, le retard moyen de paiement a diminué au premier trimestre 2016. Il s’est établi à 12,6 jours alors qu’il atteignait 13,6 jours sur l’année 2015. Les défaillances d’entreprises ont également reculé de 10 % sur le début de l’année. "La sinistralité des PME est au plus bas depuis dix ans", se félicite Emmanuel Macron.

Conséquence de la reprise

Mais ces chiffres ne reflètent pas  forcément un changement d’attitude des entreprises. "La bonne dynamique du début d’année est la conséquence principale de la reprise économique, estime Emmanuel Macron. Les entreprises qui affichent de bonnes pratiques sont encore minoritaires."

Les Assises des délais de paiement, organisées par l’agence Compinnov, récompensent les entreprises démontrant de bonnes pratiques dans le règlement de leurs factures. Cette année, une soixantaine d’entreprises se sont portées candidates. "C’est mieux que les années précédentes, mais ce n’est pas encore assez", estime Thierry Chevalier, le directeur de Compinnov.

Des sanctions proportionnées aux manquements

Pour changer les pratiques, le gouvernement veut continuer de légiférer. Emmanuel Macron entend renforcer les dispositifs forçant les entreprises à respecter les délais de paiement fixés par la loi de modernisation de l’économie (LME) de 2008.

La loi Sapin II, prévoit ainsi d’augmenter le plafond des amendes en cas de retard de paiement. Il devrait passer de 375 000 euros à 2 millions d’euros. Ces amendes pourront par ailleurs être cumulées si plusieurs manquements sont constatés par l’administration. Et la loi Sapin prévoit une publication systématique de ces sanctions.

"Nous sommes en passe de durcir les sanctions pour les rendre plus dissuasives et faire en sorte que l’amende soit proportionnelle aux bénéfices que les entreprises peuvent tirer des retards de paiement", explique Emmanuel Macron. Le ministre sera à l’Assemblée nationale pour présenter aux députés ce renforcement du dispositif des sanctions le jeudi 9 juin.

Arnaud Dumas

Les lauréats des prix des délais de paiement
Prix organisme public : l’Union des groupements d’achats publics (UGAP)
Prix territoires : Ville de Nœux-les-Mines (Pas-de-Calais)
Prix grand groupe : Société Générale
Prix ETI : Terreal
Prix PME : Outilacier, Silix

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle