Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les questions clés pour 2015 : qu’attendre du plan Juncker pour la croissance européenne ?

Solène Davesne

Publié le

Cinquième thème de notre série sur les sujets qui vont affecter la vie des entreprises françaises en 2015 : le projet d’investissement de 315 milliards de la commission Juncker. Si le plan illustre une volonté de mouvement, il est vain d’en espérer le moindre impact sur l’économie réelle avant fin 2016.

Les questions clés pour 2015 : qu’attendre du plan Juncker pour la croissance européenne ? © European People's Party - Flickr - CC

Le diagnostic ne fait plus débat à Bruxelles. Depuis 2007, l’Europe a accumulé un déficit de 430 milliards d’euros d’investissement qu’il va falloir combler en urgence. Le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Juncker, mise sur son plan d’investissement à 315 milliards d’euros pour relancer la machine dès l’an prochain. Mais Bruxelles n’a pas les poches bien profondes. Jean-Claude Juncker propose d’apporter seulement 21 milliards en garanties pour attirer les investisseurs privés. Pour l’Europe, les financements privés sont là, mais c’est la confiance qu’il faut recréer. Suffisant ? Le plan Juncker est loin de faire l’unanimité. Jean Pisani-Ferry, le directeur de France Stratégie, n’est pas le seul à réclamer un peu plus d’argent public frais.

Même si la Commission promet de sélectionner des projets très rapidement réalisables, "il est raisonnable de n’attendre aucun effet sur la croissance avant la seconde moitié de 2016", selon Natixis. Le nouveau fonds européen pour les investissements stratégiques, chargé de piloter les projets, ne doit commencer ses travaux qu’en juin prochain. En attendant, Bruxelles termine l’inventaire des projets disponibles, dans les infrastructures et des secteurs d’avenir comme les transports, le numérique ou l’énergie. La France a déjà envoyé une longue liste : y figurent notamment des infrastructures du Grand Paris et un gazoduc entre la France et l’Espagne. Des projets dont les retombées sur l’activité européenne ne seront visibles que dans plusieurs années.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle