Les questions clés pour 2015 : Les pays émergents vont-ils ré-accélérer ?

Septième thème de notre série sur les sujets qui vont affecter la vie des entreprises françaises en 2015 : la croissance dans les émergents. Alors qu’ils tiraient la dynamique mondiale, certains émergents ont repris un rythme modéré tandis que d’autres sont en panne. L’ajustement devrait se poursuivre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les questions clés pour 2015 : Les pays émergents vont-ils ré-accélérer ?

Certes, la croissance chinoise a encore de quoi faire rêver les industriels européens en quête de débouchés. En 2015, le pays devrait enregistrer une croissance de 7 % d’après les calculs du FMI. Mais pour Pékin, en plein rééquilibrage de son modèle économique, la décélération est nette. En 2014, le pays aura enregistré sa plus faible performance depuis son ouverture économique, selon les statistiques officielles. L’indice PMI signale une stagnation de la production manufacturière au cours des prochains mois.

En 2015, la croissance mondiale devrait à peine dépasser la barre des 3%, loin des 4% de moyenne atteints ces vingt dernières années. La Russie et le Brésil sont en panne. La chute des prix du pétrole pose un sérieux problème aux pays producteurs pour équilibrer leurs budgets. Un ralentissement plus prononcé des pays émergents réduirait encore plus les débouchés des industriels européens. "Ceux qui ont fait des paris importants vont avoir des déceptions, il faut s’ajuster. Mais, pour la Turquie par exemple, une hausse du PIB de 3% est plus soutenable que les 9 % atteints en 2011 et peut-être plus saine", relativise Yves Zlotowski, chef économiste de la Coface.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les exportateurs vont devoir compter avec un fort risque de volatilité des devises, à mesure que la Réserve fédérale des États-Unis réduit ses liquidités en dollars. "En 2014, les entreprises ont dû courir d’une crise géopolitique à l’autre, car les risques ont explosé partout. L’année 2015 risque de rester difficile", analyse Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes.

Solène Davesne

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS