Economie

"Les problèmes de Tesla ont révélé aux Américains la menace de perte de leur leadership technologique" selon David Baverez

, , ,

Publié le

Entretien David Baverez est investisseur et auteur. Installé à Hong-Kong depuis sept ans, il décrypte l’émergence de la Chine sur la scène mondiale. Cet ancien gestionnaire d’actifs chez Fidelity Investments éclaire pour L’Usine Nouvelle les raisons et la nature de la guerre en cours entre les Etats-Unis et la Chine. Pour lui, le véritable enjeu est le leadership technologique.  

Les problèmes de Tesla ont révélé aux Américains la menace de perte de leur leadership technologique selon David Baverez
David Baverez est investisseur à Hong Kong - crédit William Furniss

L’Usine Nouvelle - Pourquoi Donald Trump a-t-il déclenché une guerre commerciale si violente avec la Chine ?

David Baverez : Cette guerre commerciale est en fait une guerre technologique. Entre la Chine et les Etats-Unis, il y a 400 milliards de dollars de déficit commercial. Mais en réalité, pour au moins la moitié, ce déficit bénéficie aux sociétés américaines. Quand Apple fait fabriquer un Iphone en Chine par Foxconn et l’importe aux Etats-Unis, la Chine ne récupère que 7 % de la valeur ajouté. Cela ne gêne pas du tout les Etats-Unis, ce sont juste des capitalistes qui ont délocalisé leurs activités.

Qu’est ce qui pose problème donc ?

Le vrai sujet est que les Etats-Unis ont pris conscience il y a quelques mois que l’avantage technologique qu’ils pensaient avoir par rapport à l’Asie s’était érodé ces dix dernières années. Il y a eu deux éléments déclencheurs. Le premier est Tesla, qui n’arrive pas à produire ses voitures en quantités suffisantes. Il vient d’ailleurs de licencier 9 % de ses effectifs.

N’est-ce pas plutôt le signe qu’Elon Musk ne sait pas produire de voiture, plutôt que l’Amérique ?

Non, c’est la leçon que les Américains ont investi massivement depuis dix ans dans le software et plus assez dans le hardware. Et ils se rendent compte que l’un sans l’autre, cela ne marche pas. Si vous faites le pari que les dix prochaines années seront celles des objets connectés, la conséquence est que Shenzhen va écraser la Californie. C’est ce que vous disent les Chinois tous les jours et personne ne veut le croire.

Quel est le second élément déclencheur ?

C’est l’offre de Broadcom sur l’américain Qualcomm pour un montant de 120 milliards de dollars. Les Américains se sont dit comment se fait-il qu’un étranger puisse mettre un tel montant sur la table pour faire un achat chez nous ? Ça c’est "interdit". Normalement il n’y a que les Américains qui ont droit d’engager une pareille somme pour acheter une société à l’étranger.

Ces deux réveils, Tesla et Broadcom, ont provoqué une réaction. Trump en bon négociateur réclame un rééquilibrage commercial alors qu’en réalité, il veut casser la tech chinoise. Chez ZTE, c’est ce qui se passe. Au-delà de l’amende de 1 milliard de dollars que ZTE doit payer, il a exigé la création de tout un département  "compliance" (NDLR : conformité). Ce sont les Etats-Unis qui le staffent et le rapport sera envoyé tous les mois là-bas. C’est d’ailleurs ce qu’ils avaient fait dans un autre domaine avec HSBC: la banque a dû payer pendant cinq ans 400 avocats qui allaient là où ils voulaient partout dans le monde, et réalisaient une fois par an un rapport avec la menace qu’en absence de compliance, la licence bancaire d’HSBC lui serait retirée aux Etats-Unis.

Que peut faire ce département compliance avec ZTE ?

Il peut tout surveiller: les achats, les ventes, les alliances... et en plus c’est ZTE qui paye. C’est l’extraterritorialité américaine. Celle qui empêche aussi les Européens de commercer avec l’Iran. Et même si Emmanuel Macron est contre, il n’est pas le PDG de Total, donc il ne peut rien faire. Il faut donc inventer un nouveau monde sans les Etats-Unis. Pour quelqu’un qui comme moi a étudié aux Etats-Unis et a vécu la moitié du vingtième siècle en se disant que c’était notre protecteur, ce n’est pas facile. C’est une rupture historique que l’on ne comprend pas bien à Paris

Et avec qui allons-nous construire ce nouveau monde ?

Avec la Chine.

Nous ne partageons pas tout à fait les mêmes valeurs: leurs usages des technologies pour surveiller ou noter les gens, leurs applications d’intelligence artificielle posent de vraies questions éthiques ?

C’est vrai. C’est pour cela que cela prendra du temps. Il y aura des évolutions des deux côtés. Mais avec les Américains, cela n’a pas toujours été facile. La population chinoise a une vision très différente des technologies. Sur l’intelligence artificielle, par exemple, alors que nous en avons peur, ils sont très positifs, ils pensent que ce sera un plus pour organiser leur vie, leur sécurité. Ils trouvent que c’est génial que les publicités soient bien ciblées pour eux, se réjouissent de pouvoir rejoindre un groupe d’acheteurs en affinité pour obtenir 20 % de réductions, ce qu’on appelle le "social commerce". Chez Hema, le magasin physique d’Alibaba, vous pouvez par exemple scanner les produits pour savoir d’où ils viennent, qui les a fabriqué et si vous souriez, avec la reconnaissance faciale, on vous propose une offre personnalisée valable dans les deux minutes.

La véritable guerre n’est pas commerciale, elle est technologique. Et la révolution digitale va beaucoup plus vite en Chine compte-tenu du point d’où ils partent. Ils redéfinissent toute la chaîne de valeur pour inventer de nouveaux business modèle qui réduisent les coûts tout en répondant aux besoins du client. Les industriels français qui ne sont pas encore en Chine pour faire du business doivent y aller pour voir ce que font les entreprises chinoises qui vont fondre sur leur plates-bandes.

David Baverez a publié en 2017 "Paris-Pékin Express" aux éditions François Bourin.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/06/2018 - 11h09 -

Tout à fait passionnant... un point de vue totalement nouveau qui remet clairement les choses en place. Mais hélas, les perspectives tant françaises qu'européennes ne semblent pas avoir pris la mesure de cet aspect... hélas ! C'est fou de poser souvent le bon diagnostic mais de ne pas pouvoir dérouler la solution de façon collective et partagée ! MERCI pour cette "ouverture" et la ré-orientation nécessaire...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte