Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les ports, cet atout que la France délaisse au mépris de sa compétitivité

, ,

Publié le

Les ports, cet atout que la France délaisse au mépris de sa compétitivité © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Comme on le souffle souvent sur le ton de la boutade, le premier port français n’est ni Le Havre ni Marseille, mais Anvers. Cette maxime est évidemment trop caricaturale pour être parfaitement exacte mais, comme toute maxime, elle recèle sa part de vérité. La position dominante du port belge sur une large partie nord de notre pays révèle en creux une faille dont presque personne ne parle : la France n’a pas su faire émerger de grand port sur son littoral. En Europe et a fortiori dans le monde, notre pays est un Petit Poucet au pays des conteneurs. L’essentiel des volumes marchandises (conteneurs ou vrac) passe par l’Europe du Nord : Rotterdam, Anvers, Hambourg, Bremerhaven. Ces quatre ports confisquent à eux seuls près de 89 % du trafic européen ! Le leader français, Haropa, le port du Grand Paris regroupant Le Havre, Rouen et Paris, ne capte que 6 % du marché. Marseille, malgré sa position géographique stratégique sur la Méditerranée et la route de l’Asie, arrive encore plus loin derrière.

Est-ce grave, docteur ? Un peu, oui. Toutes les grandes économies du monde, toutes les capitales économiques mondiales, celles qui réussissent à exporter une part conséquente de leurs productions disposent d’un port puissant. C’est d’ailleurs une loi historique et intangible des économies florissantes, de la Venise d’hier à la Chine d’aujourd’hui. Pour s’en convaincre, il suffit de se replonger dans le livre de Jacques Attali, « Une brève histoire de l’avenir », paru en 2006, où l’auteur, dresse le portrait-robot de ces villes-mondes. À sa lecture, on comprend que, pour la France, la faiblesse de nos ports est clairement un handicap. Un handicap d’autant plus criant que nous avons la première façade maritime d’Europe !

Il est d’ailleurs étonnant de voir que l’on ne parle jamais de nos ports quand on se lamente du déficit commercial français ou de la compétitivité de notre pays. Le sujet des ports et de leur développement dépasse pourtant le cadre des seules autorités portuaires. Ce n’est pas qu’une histoire de docks mais aussi d’infrastructures, notamment logistiques, et de volonté politique. À l’heure où la France tente de se réindustrialiser, il faut qu’elle prenne conscience qu’il n’y a pas de grand pays industriel qui ne soit pas aussi un grand pays portuaire.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus