Les PME ne maitrisent que partiellement leurs risques

Manque de temps, manque de ressources, difficulté à appliquer les changements dans l'organisation... En marge des rencontres de l'AMRAE (Association pour le Management des Risques et des Assurances de l'Entreprise), qui réunissent 7 au 9 février plus de 2850 professionnels du secteur, une étude menée par l'assureur australien QBE met en évidence les difficultés rencontrées par les PME en matière de risk management.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les PME ne maitrisent que partiellement leurs risques
Cybercriminalité, risques matériels, difficulté de recrutement, risques réglementaires….Quelle que soit la taille des structures, les risques sont de plus en plus présents dans le quotidien des entreprises. Longtemps considéré comme le pré-carré des grands groupes, le risk management intéresse désormais les PME et ETI qui, malgré la prise de conscience, confient ne pas encore réussir à maitriser toutes les menaces liées à leurs activités.
La culture du risque se diffuse
Le premier constat dressé par l'assureur QBE dans son étude publiée ce mercredi est pourtant positif : malgré les disparités, la culture du risque s'installe progressivement dans toutes les entreprises françaises. De l'industrie au bâtiment en passant par le commerce, toutes les structures se disent concernées par le sujet. Plus de 6 PME interrogées sur 10 estiment qu'il s'agit d'un enjeu majeur. Dans l’industrie, ce taux dépasse même les 75%.
Par ailleurs, les entreprises sont près de 40% à considérer le risk management comme un élément clef pour la compétitivité de leur activité. Pour les industriels, le risk management est même le troisième élément le plus souvent cités, devant la gestion des investissements ou le positionnement prix, comme source de performance.
Le risque humain: principal préoccupation des PME
La diffusion de cette culture du risque va de pair avec une augmentation constante de la perception des menaces subies. Pour 84% des interrogés, le niveau de risque est identique ou plus élevé qu’en 2016. Ces dangers auxquels font face les entreprises sont aussi bien matériels, règlementaires que financiers…mais dans plus de 70% des cas, les PME estiment que c’est le risque humain (RH, grève, accident ) qui les impactent le plus fortement. Parmi ces risques humains, la difficulté de recrutement et les démissions des collaborateurs sont de loin les menaces qui se sont les plus accrues au cours des 12 derniers mois. Les industriels ne sont pas épargnés par le phénomène: pour 70% d'entre eux, les incertitudes du facteur humain représente la menace le plus lourde. Les variations du cours des matières premières, les modifications du cadre réglementaire ou l’augmentation de la concurrence sont également cités parmi les menaces les plus prégnantes pour les PME et les ETI.
Une méconnaissance des risques subsiste
Malgré cette prise de conscience, de nombreux chefs d'entreprises se déclarent pourtant dépassés par ces nouveaux enjeux.
Ils sont 4% à déclarer ne pas maitriser leurs risques du tout et 65% à ne les contrôler que partiellement. En cause: le manque de temps, de ressources, d'expertise interne mais aussi les coûts de mise en place des changements ou difficulté à répercuter les changements dans l’organisation.
Un constat d'autant plus fort que les PME et d'ETI disposent rarement d’un service dédié à la gestion des risques: bien que le nombre ait doublé en quelques années, à peine 10% des risk managers travaillent dans les PME. "Il y a ici une véritable marge de progression" conclut Renaud de Pressigny, Directeur Général de QBE France.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS