Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les pépites françaises, plus petites que la moyenne européenne

Solène Davesne

Publié le

Les 1000 PME européennes les plus performantes ont augmenté de 43 % leurs effectifs en deux ans, selon la Bourse de Londres.

Les pépites françaises, plus petites que la moyenne européenne
Groupe CIF,Engrenages et réducteurs, usine FCMD à Hattingen (Rhénanie-Westphalie)
© D.R.

L’avenir passe par les PME. C’est le message qu’entend faire passer le London Stock exchange. Le classement des 1000 PME les plus dynamiques d’Europe dressé par la Bourse de Londres tend en tout cas à démontrer ce constat. En moyenne sur les trois dernières années, les entreprises les plus performantes ont vu leur chiffre d’affaire consolidé augmenter de 103 % par an. Lors de la précédente édition du baromètre en 2016, la croissance annuelle moyenne s’établissait à 71%  Pour établir son classement, l’opérateur financier examiné les comptes des entreprises ayant réalisé entre 20 et 300 millions d’euros de chiffres d’affaires. Au total, les 1000 PME retenues ont aussi augmenté de 43 % leurs effectifs au cours des deux dernières années, pour employer au total 211 800 personnes.

"L’Europe doit soutenir ses 23 millions de PME qui sont son moteur de croissance et la seule véritable source de création d’emplois", plaide Xavier Rolet, le patron français de la Bourse de Londres. De fait, le classement laisse voir des signaux encourageants. Au Portugal, les PME sélectionnées ont en moyenne augmenté de 139 % leurs effectifs depuis deux ans. En Espagne, elles ont augmenté de 95 % leur nombre d’employés et de 36 % en Grèce, alors que le taux de chômage reste élevé dans l’Europe du sud après des années d’austérité.

L'industrie en force

La performance tient beaucoup à la capacité d’innovation. En termes de secteur, l’industrie manufacturière se taille ainsi la part du lion. 20 % du top 1000 – certes contre 25 % l’an dernier – sont dans l’industrie et l’ingénierie. Ce sont aussi elles qui ont enregistré la plus forte croissance, avec 171 % de hausse du chiffre d’affaires annuel, devant l’industrie agroalimentaire (+112 % de croissance et 11 % des entreprises). Le secteur numérique représente lui 5 % des sociétés.

En revanche, le tableau est plus inquiétant concernant la France. Le palmarès, qui retient 150 entreprises françaises comme le fabircant d'engrenage Ateliers Roche ou le spécialiste du froid industriel Clauger, confirme la taille plus faible des entreprises dans l’hexagone. En moyenne, celles-ci ne pèsent que 45 millions de chiffres d’affaires, loin des 60 millions d’euros de la moyenne européenne et des 85 millions d’euros des PME allemandes sélectionnées. Elles ne font pas non plus parties des plus explosives. Elles ont aussi dégagée 36 % de croissance l’an dernier seulement, loin des PME italiennes (+220 %) et une augmentation de 36 % de leurs effectifs. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle