Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les industriels se penchent sur les nouveaux risques

Arnaud Dumas

Publié le

Les rencontres annuelles de l’Amrae, du 3 au 5 février à Lille, vont donner l’occasion aux risk managers de se pencher sur les nouveaux risques pesant sur les entreprises. Qu’ils soient d’origine criminelle ou climatique, ces risques doivent faire l’objet de solutions nouvelles pour sécuriser le développement de l’activité des industriels.


Brigitte Bouquot, présidente de l’Amrae et directrice des assurances et de la gestion des risques de Thales

Attaques terroristes, augmentation de la cybercriminalité, catastrophes naturelles en chaîne… Les industriels font face à des risques de plus en plus importants, avec des impacts aussi bien sur leur activité que sur celle de leur chaîne d’approvisionnement. Ces risques, dont l’ampleur est devenue systémique, seront justement au cœur des rencontres annuelles de l’Association pour le management des risques et des assurances des entreprises (Amrae).

Du 3 au 5 février, les risk managers se réuniront pour partager leurs expériences sur ces thèmes et trouver des solutions communes.
"Les entreprises doivent faire face à la transition énergétique, à la transition numérique, le tout dans un environnement économique difficile, explique Brigitte Bouquot, la présidente de l’Amrae et directrice des assurances et de la gestion des risques de Thales. Le risk manager doit être un partenaire des dirigeants pour les aider à sécuriser leur développement."


POUR Des assurances plus innovantes

Les nouveaux risques auxquels les entreprises sont confrontées feront l’objet d’atelier de travail, au cours des rencontres. Sans surprise, l’atelier intitulé "Terrorisme : comment les sociétés maîtrisent-elles leurs expositions ?" est celui qui a recueilli le plus d’inscriptions.

Ces rencontres sont aussi l’occasion pour les risk managers de se faire entendre de leurs fournisseurs d’assurance. "Notre objectif, c’est de pousser le marché des assurances à être plus innovant et à répondre à nos attentes", explique Anne-Marie Fournier, la vice-présidente de l’Amrae.

Pour cela, les risk managers veulent continuer de faire connaître leur profession pour lui donner encore plus de poids.

Elle commence d’ailleurs à se diffuser dans le tissu d’entreprises françaises. D’abord réservée aux grands groupes, la fonction de risk manager se retrouve de plus en plus dans des entreprises de plus petite taille. Selon l’Amrae, 33 % de ses adhérents sont aujourd’hui des ETI, une population qui n’existait pas il y a encore quelques années.

Arnaud Dumas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle