Tout le dossier Tout le dossier

Pourquoi les grandes entreprises multiplient les annonces de primes exceptionnelles

Plusieurs grandes entreprises ont déjà annoncé qu’elles verseraient une prime défiscalisée à leurs salariés, répondant à l’appel lancé par le président de la République lundi 10 décembre.

Partager
Pourquoi les grandes entreprises multiplient les annonces de primes exceptionnelles
Verser une prime défiscalisée intéresse les grands groupes.

Un quart d’heure après l’intervention télévisée d’Emmanuel Macron lundi 10 décembre, Stéphane Richard, PDG d’Orange, annonçait dans un tweet qu’il répondrait à "l’effort de solidarité nationale" demandé par le président de la République.

Le lendemain, la direction du groupe des télécoms annonçait dans un communiqué le versement, avant la fin de l’année, d’une "prime de solidarité" exceptionnelle à ses 20 000 salariés les plus modestes. Soit 1 000 euros à ceux gagnant moins de 25 000 euros bruts annuels, et 500 euros à ceux touchant entre 25 000 et 30 000 euros.

Lundi soir, Emmanuel Macron avait encouragé les employeurs qui le pouvaient à verser une prime exceptionnelle à leurs salariés, qui serait exonérée de cotisations sociales (pour les salariés et pour les employeurs) et d’imposition. On ne connaît pas encore le plafond au-delà duquel la prime perdra sa défiscalisation, mais les organisations patronales, qui ont suggéré cette mesure au Président, proposaient une exonération de cotisations et d'impôts jusqu’à 1 000 euros.

Les concurrents d’Orange lui ont immédiatement emboité le pas, Altice et Iliad annonçant une prime exceptionnelle de 1 000 euros, sans détails pour le moment. Chez Total, qui a de bons résultats, la prime atteindra 1 500 euros pour tous les salariés, a tweeté le PDG Patrick Pouyanné.

LVMH a indiqué vouloir verser une telle prime, mais comme Altice, attend la loi et des précisions avant d’en dire plus sur les conditions d’attribution de cette prime. Les petites entreprises auront plus de mal à suivre. Au lendemain de l'intervention télévisée d'Emmanuel Macron, le secrétaire général de la CPME Jean-Eudes du Mesnil, dans une interview donnée à l'Usine Nouvelle, craignait, au sujet de cette annonce présidentielle, un "résultat (qui) risque de ne pas être à la hauteur des attentes".

Un effort supplémentaire qui n'était pas prévu chez Solvay

Le hasard a fait que chez le chimiste Solvay, une réunion sur les salaires était prévue le lendemain même des déclarations d’Emmanuel Macron. Organisations syndicales et direction se sont mises d’accord sur des augmentations annuelles élevées (+3,4% pour les non-cadres, +3,7% pour les cadres), et sur une prime exceptionnelle de 600 euros pour les 4 000 non-cadres. Jean-Christophe Sciberras, DRH de Solvay, reconnaît qu’il avait anticipé, pour 2019, des rémunérations en hausse, pour motiver ses salariés alors qu’une grosse réorganisation est en cours, et "parce qu’il faut rester attractif, alors que des tensions se manifestent sur le marché du travail".

"Mais la prime, qui représente un effort supplémentaire de 2,4 millions d’euros, n’était pas prévue, ajoute-t-il. Nous avons été sensibles à l’appel gouvernemental, nous avons le sentiment qu’il faut participer, être acteur de la résolution des problèmes." La direction a pris cet engagement sans connaître les détails de la mesure : la défiscalisation sera peut-être réservée aux primes versées aux plus bas salaires ? Elle courra peut-être jusqu’à 500 euros seulement, et non 1 000 ? D’autres entreprises se demandent si elles pourront la verser en 2018 ou devront attendre le vote d’une loi et 2019…

Un syndicat de PSA réclame la prime à sa direction

En pleine campagne pour les élections professionnelles à Sochaux, la CFE-CGC de PSA a immédiatement réclamé à sa direction une telle prime. Les salariés "ont largement contribué au redressement spectaculaire du groupe PSA par leurs engagements, efforts et sacrifices. Cette mesure vient à point nommé pour que leurs efforts soient dignement reconnus", écrit le syndicat dans un communiqué. Selon Laurent Oechsel, délégué syndical central CFE-CGC, la direction a promis d’aborder la question au comité central d’entreprise qui se tient le 13 décembre, mais renvoie aux négociations annuelles sur les salaires, prévues en janvier, pour toute prise de décision. "On va veiller à ce que la prime ne fasse pas fondre l’enveloppe globale prévue pour les augmentations de salaires", craint-il. Il voit plutôt la direction avoir envie de remplacer le supplément d’intéressement acté au vu de la très bonne année passée, par cette prime exceptionnelle. Défiscalisée, elle pourrait être supérieure pour les salariés sans coûter plus à l’employeur.

La rapidité avec laquelle les grands groupes ont annoncé le versement de primes laisse penser que le Président avait reçu des garanties d'être suivi, avant d'annoncer cette mesure. Certaines entreprises souhaitent certes faire un geste pour répondre au malaise exprimé par les gilets jaunes, comme le dit Jean-Christophe Sciberras. Elles ont aussi pour objectif de faire réussir Emmanuel Macron, beaucoup l’ont dit au début de son quinquennat.

On peut également voir dans leur empressement un gage donné au Président: elles préfèrent se montrer bonnes élèves sur cette mesure, intéressante pour leurs salariés, que subir un changement de politique de la part du président de la République, s’il décidait par exemple de mettre en place une sur-taxe sur les profits des grands groupes ou de modifier la fiscalité des sociétés.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Economie numérique

Les sites de e-commerce et les livreurs sont-ils vraiment les grands gagnants du mouvement des gilets jaunes?

Energie

De quoi la prime Total de 1 500 euros est-elle le signe?

Matières premières

[Gilets jaunes] Pourquoi le prix du gazole pourrait baisser de 10 centimes

Aéro - Spatial

Pourquoi le kérosène des avions n'est pas taxé et n'est pas près de l'être

Éco - social

[Gilets jaunes] Les patrons accueillent favorablement les mesures d'Emmanuel Macron

Éco - social

Emmanuel Macron veut répondre à l’urgence sociale sans casser le moteur productif

Éco - social

"Pas de coût supplémentaire pour les employeurs, une bonne nouvelle" selon Jean Eudes du Mesnil (CPME)

Éco - social

[Gilets jaunes] Des mesures supplémentaires réclamées pour les PME

Infos Reuters

Gilets jaunes: Les ventes chutent de 15%-20% dans la grande distribution

Transport

La loi pour les transports du quotidien suffira-t-elle?

Éco - social

Les superstars et les Gilets jaunes

Technos et Innovations

L’étrange synergie entre les gilets jaunes et Facebook décortiquée

Infos Reuters

Les entreprises, "boucs émissaires" de la révolte, selon le Medef

Éco - social

[Vidéo] Pour répondre aux gilets jaunes, "il va falloir qu'on lâche du lest" sur les salaires, estime le PDG d'Orange

Éco - social

[Gilets jaunes] "Ne baissez pas les bras", les investisseurs étrangers mettent en garde Macron sur l'ISF

Infos Reuters

Malgré les promesses d'Edouard Philippe, le coût de l'électricité devra être répercuté, prévient EDF

Energie

Et si le moratoire sur la taxe carbone était une bonne nouvelle...

Éco - social

Brandi par les gilets jaunes, l’ISF "ce sont les entreprises qui le payaient"

Transition écologique et énergétique

Gilets jaunes et transition énergétique, le bal des faux-culs!

Agro

[Gilets jaunes] Les industriels de l'agroalimentaire s'inquiètent des conséquences des blocages

Social

"On a sous-estimé l’impact effroyable de l’ISF sur les entreprises", selon Xavier Fontanet

Éco - social

Taxe sur les carburants, prix de l’électricité et du gaz, débat sur la transition écologique : les annonces d’Edouard Philippe

Social

Face au mouvement des gilets jaunes, le gouvernement enterre (provisoirement) la vignette poids-lourds

Infos Reuters

Chez PSA Sochaux, la production bloquée par les "gilets jaunes"

Energie

Quand la France qui roule enfile son gilet jaune

Social

Les gilets jaunes, "du poujadisme événementiel et sans leader", selon le sociologue Jean Viard

Transports et logistique

Avec ou sans eux, comment les entreprises traversent le mouvement des "gilets jaunes"

Fiscalité

Le retour du ras-le-bol fiscal

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS