Les fonds d’investissement préfèrent les hommes

Arnaud Dumas , , , ,

Publié le

Analyse Les femmes sont encore bien peu nombreuses à atteindre les postes de direction des fonds d’investissement français, même si la situation commence à évoluer. Mais la parité se joue aussi sur un autre terrain : les fonds ont moins d’appétence pour les entreprises dirigées par les femmes.

Les fonds d’investissement préfèrent les hommes © D.R.

Le monde du capital investissement demeure très masculin. Le baromètre sur la place des femmes dans ce secteur, créé par l’Association française de l’investissement pour la croissance (Afic) et son club "Afic avec elles", illustre le plafond de verre auquel sont confrontées les investisseuses.

Tous métiers confondus, elles représentent 41% des effectifs des sociétés de gestion en 2013, dernière année étudiée. Mais sont souvent cantonnées au back office (63% de femmes) ou aux fonctions support (88% de femmes). Les équipes d’investissement, au contact direct avec les chefs d’entreprise, ne sont féminisées qu’à hauteur de 19%. Très loin de la mixité !

Une progression des femmes dirigeantes de fonds

"C’est peu, mais ça progresse, tempère Sophie Paturle, associée du fonds d’investissement spécialisé dans les cleantechs Demeter et présidente du club "Afic avec elles". L’année précédente, elles n’étaient que 17% dans les équipes d’investissement."

Celles qui parviennent à entrer dans ces équipes restent toutefois souvent cantonnées aux fonctions d’exécution. Plus on monte dans la hiérarchie des fonds, plus le nombre de femmes diminue. Dans les équipes d’investissement, elles sont 30% au niveau de chargé d’affaires, 20% au poste de directeur de participation et seulement 11% au statut d’associé, 13% au directoire ou au comité exécutif.

Pour Sophie Paturle, la tendance s’améliore malgré tout, mais à petits pas : "Le capital investissement est un métier où il y a peu de turn over, il y a donc peu de postes à pourvoir et les choses mettent du temps à changer." Elle note néanmoins des facteurs de progrès. La proportion de femmes dans les effectifs recrutés atteignait 30% en 2013, contre 19% en 2011 et 27% en 2012.

Moins de capital investissement dans les entreprises dirigées par les femmes

L’une des conséquences de ce milieu financier très masculin n’est sans doute pas neutre sur le regard porté sur des entreprises dirigées par des femmes. "Dans les fonds d’investissements, j’ai senti parfois un regard un peu condescendant quand je disais que je voulais reprendre une entreprise, confie Juliette Rapinat-Freudiger, la dirigeante de Loxos, une PME de 4 millions d’euros de chiffre d’affaires spécialisée dans la fabrication de mobilier pour les nourrissons et la petite enfance. Jusqu’à ce que je trouve un fonds bienveillant."

Une bienveillance parfois difficile à trouver. Selon l’étude d’"Afic avec elles" et Deloitte, les entreprises dans lesquelles un fonds d’investissement est présent au capital sont très peu féminisées. Seules 13% d’entre elles ont une ou plusieurs femmes dans le comité exécutif, et 4% une femme directrice générale...

Selon une autre étude, menée par Bpifrance sur la création d’entreprise innovante, l’une des raisons tient aux besoins d’investissement. "Le taux de participation du capital investissement dépend du plan d’investissement, explique Laurence Tassone, chef de projet à la direction des études, de l’évaluation et de la prospective de la banque publique. Comme il est plus élevé chez les hommes, le capital investissement y est plus présent."

Les femmes lèvent de moins grosses sommes

Le plan de financement des créateurs d’entreprises innovantes est en effet 1,8 fois plus élevé que celui des créatrices. La proportion de femmes se lançant avec un montant de financement inférieur à 300 000 euros est, du coup, deux fois supérieure à celle des hommes.

Mais peut-être les femmes n’ont-elles pas toujours intérêt à faire entrer un fonds d’investissement dans leur capital ? Toujours selon Bpifrance, si les femmes et les hommes montrent autant d’appétence à l’ouverture du capital à un actionnaire extérieur, les femmes ont deux fois plus de risque de perdre le contrôle de leur société !

Arnaud Dumas

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte