Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les fédérations professionnelles, faiseuses de roi au Medef

Cécile Maillard ,

Publié le

Les fédérations professionnelles disposent des deux tiers des voix de l’assemblée générale qui élira, mardi 3 juillet, le président du Medef pour cinq ans. Et parmi elles, l’industrie pèse toujours.  

Les fédérations professionnelles, faiseuses de roi au Medef
Quel est le mode de scrutin pour l'élection du président du Medef ?
© Laetitia Duarte Filet

Le match entre Alexandre Saubot et Geoffroy Roux de Bézieux s'annonce serré, et personne n'ose, à la veille du vote, faire de pronostic. A l’assemblée générale du Medef, qui élira mardi 3 juillet son futur président, 556 voix s’exprimeront. Sera élu au premier tour le candidat qui aura recueilli la majorité absolue, soit au moins 279 voix avec deux tiers de votants.

Les fédérations adhérentes au Medef, qui disposent des deux tiers des voix (375), arbitrent l’élection. Le nombre de voix dont chacune dispose est décidé tous les trois ans par le conseil exécutif en fonction de "l’importance économique et sociale" de chacune, et évolue peu. Le poids de chaque fédération dépend à la fois du montant de la valeur ajoutée de son secteur et du taux d’adhésion des entreprises à cette fédération.

L’industrie pèse lourd

Un mode de calcul qui explique que l’industrie pèse toujours très lourd dans les instances du Medef. En effet, le patronat de l’industrie est historiquement plus investi dans le militantisme patronal que celui des services. Au sein de l’assemblée générale du Medef, non seulement l’UIMM possède le plus grand nombre de voix (34), mais les fédérations industrielles ayant deux, trois, quatre, cinq, six voix, sont particulièrement nombreuses.

Elles ne soutiennent pas toutes pour autant le candidat venu de l’industrie, Alexandre Saubot. L’ancien président de l’UIMM a effectivement le soutien de la métallurgie, des travaux publics (14 voix), de l’intérim (12 voix), de l’électricité (10 voix), de l’aéronautique (9 voix), de la chimie (8 voix). Mais le bâtiment (20 voix), les industries de santé (13 voix) et celles de l’agroalimentaire (6 voix) se sont prononcées en faveur de Geoffroy Roux de Bézieux, alors que la Fédération bancaire française (30 voix) a choisi, à la surprise générale, de soutenir Alexandre Saubot. Le Syntec numérique soutient Saubot, quand le Syntec ingénierie lui préfère Roux de Bézieux…

Les territoires compteront pour un tiers de l’élection

Les "territoires", comme on dit au Medef, disposent de 170 sièges, 1 par région et 1 par département, puis les sièges sont répartis en fonction du nombre de salariés du territoire. Le Rhône et la Corse disposent par exemple de 3 voix quand la Meuse en a 1. Certaines régions ont prévu de donner la totalité de leurs voix (région + départements) à Geoffroy Roux de Bézieux, comme Auvergne-Rhône-Alpes (20 voix en tout) et Ile-de-France (19 voix en tout).

Le prochain président, bénévole, sera élu pour cinq ans non renouvelables. Si Alexandre Saubot est élu, il a déjà indiqué qu’il nommerait Vincent Chriqui, ancien directeur de campagne de François Fillon, directeur général. Geoffroy Roux de Bézieux, lui, a promis un poste de président délégué à Patrick Martin. Le président du Medef Auvergne-Rhône-Alpes avait retiré sa candidature pour se rallier à la sienne. Influent, sa présence aux côtés de Geoffroy Roux de Bézieux a apporté à celui-ci la coloration "territoires" qu’il n’avait pas vraiment.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle