Les entreprises moyennes françaises valent de plus en plus cher

Les entreprises de taille moyenne se vendent 8 fois leur Ebitda. Leur valorisation s’améliore depuis début 2015, sans rattraper les niveaux européens.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les entreprises moyennes françaises valent de plus en plus cher

La valorisation des entreprises moyennes françaises semble bel et bien repartie à la hausse. Ces entreprises dont la valeur des fonds propres est comprise entre 15 et 50 millions d’euros se sont vendues pour 8 fois leur Ebitda au premier semestre 2016 contre 7,2 leur Ebitda au premier semestre 2015.

En réalité le prix de vente de ces entreprises a retrouvé des couleurs depuis début 2015. "Il y a beaucoup de liquidités dans les fonds d’investissement, explique Olivier Arthaud, vice-président de la commission évaluation de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC). Les sociétés d’investissement concentrent leurs efforts sur ces cibles et font monter les prix naturellement."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le niveau de valorisation reste toutefois en-deçà de celui pratiqué dans le reste de l’Europe, établi à 8,8 fois l’Ebitda. "Cela reflète un manque d’attractivité du territoire, reprend Olivier Arthaud. D’autant que la part d’industriels étrangers investissant en France a également baissé depuis 2014." Les sociétés moyennes françaises sont par ailleurs plus petites que leurs homologues allemandes ou anglaises. Ce qui tire le prix des transactions vers le bas.

Les fonds de capital transmission très actifs

Selon l’étude de la Compagnie des commissaires aux comptes, les fonds de LBO (Leverage Buy-out) sont de plus en plus actifs dans ce marché. Ils ont représenté 35 % des acquéreurs au premier semestre 2016, contre 25 % en 2015 et 22 % en 2014. Les acquéreurs industriels ont marqué le pas sur le début de l’année en raison des incertitudes sur les conditions économiques, estiment les commissaires aux comptes.

Le volume global des transactions a atteint 1 milliard d’euros sur le premier semestre 2016, après un peu plus de 600 millions d’euros au deuxième semestre 2015. Le marché des acquisitions de sociétés moyennes devrait continuer à être dynamique. "Il y a une forte proportion de sociétés de ce segment qui vont être transmises dans les dix ans du fait de l’évolution démographique des dirigeants d’entreprises", rappelle Claude Cazes, le président de la commission évaluation de la CNCC.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS