Les DRH réclament de nouvelles réformes pour baisser le coût du travail

L’Association nationale des DRH a sondé ses adhérents sur leurs attentes afin de les porter dans le débat de l’élection présidentielle. Au cœur de leurs priorités : l’emploi, notamment celui des jeunes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les DRH réclament de nouvelles réformes pour baisser le coût du travail
Fiche de salaire

C’est sur l’emploi que les DRH attendent surtout le prochain président de la République. Pour 67% d’entre eux, ce devrait être son domaine d’action prioritaire, très loin devant le dialogue social, cité par 10% des responsables RH interrogés par l’Association nationale des DRH (ANDRH), la formation professionnelle (8%) ou les retraites (5%).

Au cœur des préoccupations des professionnels des ressources humaines : l’insertion professionnelle des jeunes. Unanimes à réclamer un développement de l’apprentissage (93%), ils estiment que les entreprises recruteront plus d’apprentis si elles sont totalement exonérées de charges sociales sur cette embauche. Pour favoriser l’emploi, ils sont 85% à réclamer une baisse du coût du travail, qui passerait, pour une majorité d’entre eux, par une baisse des charges patronales. Apparaît une idée nouvelle, partagée par 20% de ceux qui souhaitent une baisse du coût du travail : diminuer les charges payées par les salariés, une idée avancée par le candidat Emmanuel Macron. "Cela aurait un vrai impact sur la rémunération des salariés !" défend Jean-Paul Charlez, président de l’ANRDH.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Avis partagés sur durée du travail et contrats

Réformer la durée légale du travail n’enthousiasme pas les DRH : seuls 55% en font une action prioritaire du prochain président. Parmi eux, la majorité réclame de pouvoir la négocier au niveau de l’entreprise, un sur cinq seulement souhaite augmenter cette durée. "Le débat sur les 35 heures est dépassé, commente Jean-Paul Charlez. Les 35 heures existent depuis quinze ans, les entreprises s’y sont adaptées et la loi travail donne des possibilités de construire des aménagements. Le DRH qui veut faire travailler plus doit payer plus."

Sur les évolutions des contrats de travail, les avis sont partagés. Le contrat unique, à droits progressifs, plaît à 52% d’entre eux, quand 48% n’en veulent pas. Le DRH connaît l’intérêt de pouvoir jongler avec les deux types de contrats pour répondre à ses besoins. "Le contrat unique est une fausse bonne idée, qui réduit la garantie donnée au CDI", commente le président de l’association des DRH. Même prudence des professionnels des RH, partagés en deux, sur la question d’inclure dans le contrat de travail les modalités de rupture du contrat. La réforme du contrat de travail la plus attendue (par 70% de DRH) serait un assouplissement des CDD, notamment pour élargir les conditions qui autorisent d’y recourir.

Ses adhérents n’ont pas été sondés sur la question, mais le bureau de l’ANDRH s’inquiète de l’arrivée, en 2018, de la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. "Le bulletin de paie va en prendre un coup", s’inquiète Benoît Serre, vice-président délégué de l'ANDRH. Les adhérents de l'association ont une autre demande, pour que les réformes qui les concernent se mettent en place correctement: améliorer les études d'impact des projets de loi et le mode de financement des mesures annoncées.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS