Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

Les DRH réclament de nouvelles réformes pour baisser le coût du travail

Cécile Maillard , ,

Publié le

L’Association nationale des DRH a sondé ses adhérents sur leurs attentes afin de les porter dans le débat de l’élection présidentielle. Au cœur de leurs priorités : l’emploi, notamment celui des jeunes.

Les DRH réclament de nouvelles réformes pour baisser le coût du travail
Fiche de salaire

C’est sur l’emploi que les DRH attendent surtout le prochain président de la République. Pour 67% d’entre eux, ce devrait être son domaine d’action prioritaire, très loin devant le dialogue social, cité par 10% des responsables RH interrogés par l’Association nationale des DRH (ANDRH), la formation professionnelle (8%) ou les retraites (5%).

Au cœur des préoccupations des professionnels des ressources humaines : l’insertion professionnelle des jeunes. Unanimes à réclamer un développement de l’apprentissage (93%), ils estiment que les entreprises recruteront plus d’apprentis si elles sont totalement exonérées de charges sociales sur cette embauche. Pour favoriser l’emploi, ils sont 85% à réclamer une baisse du coût du travail, qui passerait, pour une majorité d’entre eux, par une baisse des charges patronales. Apparaît une idée nouvelle, partagée par 20% de ceux qui souhaitent une baisse du coût du travail : diminuer les charges payées par les salariés, une idée avancée par le candidat Emmanuel Macron. "Cela aurait un vrai impact sur la rémunération des salariés !" défend Jean-Paul Charlez, président de l’ANRDH.

Avis partagés sur durée du travail et contrats

Réformer la durée légale du travail n’enthousiasme pas les DRH : seuls 55% en font une action prioritaire du prochain président. Parmi eux, la majorité réclame de pouvoir la négocier au niveau de l’entreprise, un sur cinq seulement souhaite augmenter cette durée. "Le débat sur les 35 heures est dépassé, commente Jean-Paul Charlez. Les 35 heures existent depuis quinze ans, les entreprises s’y sont adaptées et la loi travail donne des possibilités de construire des aménagements. Le DRH qui veut faire travailler plus doit payer plus."

Sur les évolutions des contrats de travail, les avis sont partagés. Le contrat unique, à droits progressifs, plaît à 52% d’entre eux, quand 48% n’en veulent pas. Le DRH connaît l’intérêt de pouvoir jongler avec les deux types de contrats pour répondre à ses besoins. "Le contrat unique est une fausse bonne idée, qui réduit la garantie donnée au CDI", commente le président de l’association des DRH. Même prudence des professionnels des RH, partagés en deux, sur la question d’inclure dans le contrat de travail les modalités de rupture du contrat. La réforme du contrat de travail la plus attendue (par 70% de DRH) serait un assouplissement des CDD, notamment pour élargir les conditions qui autorisent d’y recourir.

Ses adhérents n’ont pas été sondés sur la question, mais le bureau de l’ANDRH s’inquiète de l’arrivée, en 2018, de la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. "Le bulletin de paie va en prendre un coup", s’inquiète Benoît Serre, vice-président délégué de l'ANDRH. Les adhérents de l'association ont une autre demande, pour que les réformes qui les concernent se mettent en place correctement: améliorer les études d'impact des projets de loi et le mode de financement des mesures annoncées.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus