Les biosimilaires continuent à faire la différence

Les médicaments biosimilaires continuent d'arriver sur le marché et la lutte entre les laboratoires fait rage sur ce secteur. Alors que des freins persistent, une récente conférence faisait le point sur les stratégies mises en place par les hôpitaux pour favoriser la substitution des médicaments princeps.

Partager
Les biosimilaires continuent à faire la différence

Annoncés comme une révolution pour l'accès aux traitements et la pérennité des systèmes de santé, les biosimilaires continuent d'arriver en France et de prendre pied sur le tant convoité marché hospitalier.

Une étude baptisée « Le marché des biosimilaires à l'horizon 2022 - Évolution des pipelines, nouveaux entrants, mises sur le marché : quels leviers et perspectives de croissance ?», publiée par Xerfi-Precepta, chiffre l'ampleur du phénomène. Pas moins de 12 nouveaux traitements bioéquivalents ont ainsi été commercialisés en France en l'espace de deux ans.

Et le marché est porteur : d'ici fin 2019, les ventes de biosimilaires s'établiront à 795 millions d'euros, soit une hausse de 50 % par rapport à 2018, pour représenter 34 % des médicaments biologiques. Une croissance à mettre à l'actif des hôpitaux dont la demande a bondi de 40 % et qui pèsent désormais 60 % des ventes de biosimilaires, selon Xerfi-Precepta.

Lors du congrès de la SFPO (Société française de pharmacie oncologique), organisé à Avignon du 8 au 10 octobre, un retour d'expérience sur cette bascule vers le biosimilaire à l'hôpital a été présenté. Dans le cadre du symposium Pfizer, deux pharmaciens hospitaliers étaient présents : Bertrand Pourroy de l'APHM et Françoise de Crozals, de l'Institut Sainte-Catherine à Avignon. Bertrand Pourroy a évoqué le double gain économique réalisé grâce au prix de vente inférieur du biosimilaire et à la baisse mécanique du médicament princeps qui accompagne l'arrivée d'un produit concurrent sur le marché. Le praticien a cependant rappelé l'ampleur des actions à mettre en oeuvre pour accompagner la substitution : évolution dans les logiciels de prescription, modifications éventuelles des données de stabilité et nécessité de procéder à une gestion des stocks adaptée pour réaliser la transition.

Avec des stocks de princeps qui peuvent être conséquents, la bascule sur certains établissements peut ainsi prendre du temps. Une mission qui n'a cependant rien d'impossible.

Source : ANSM

Le prix agit comme le principal moteur

À l'Institut Sainte Catherine, établissement privé, le recours au biosimilaire du trastuzumab, dicté par le résultat d'un appel d'offre, a abouti à un taux de substitution de 100 % en trois mois selon Françoise de Crozals. Avec des économies engendrées qui constituent le principal moteur pour la substitution, le marché progresse et les laboratoires sont parfois nombreux à se lancer sur un même princeps.

« La mise sur le marché s'apparente à un véritable sprint dont beaucoup n'hésitent pas à se retirer. La prime au premier entrant est en effet très élevée. À titre d'exemple, de nombreux laboratoires pharmaceutiques sont d'ores et déjà dans les starting-blocks pour commercialiser à partir de 2022 en Europe les bioéquivalents d'Avastin et de Lucentis. », estime Rémy Vicente de Xerfi-Precepta.

Si cette volonté d'être le premier sur le marché est primordiale, d'autres leviers permettent aux laboratoires de se distinguer pour l'usage hospitalier. En jouant sur le conditionnement ou la quantité de principe actif présent dans une dose du biosimilaire, les laboratoires visent à se démarquer.

C'est ainsi que sont arrivés des produits proposant des dosages plus importants que le princeps, destinés à faciliter le travail du pharmacien hospitalier dans la préparation. Pour le seul trastuzumab (Herceptin de Roche), 5 laboratoires le proposent ainsi en dosage 150 mg tandis que 2 laboratoires offrent un dosage à 420 mg.

Une politique appréciée des praticiens hospitaliers. « Cela entraîne un gain de temps dans la préparation mais aussi une réduction du volume des déchets et des coûts de stockage allégés », souligne Françoise de Crozals. Autres façons de se démarquer : le conditionnement et la conservation du produit. C'est la stratégie poursuivie notamment par Pfizer pour son Trazimera, biosimilaire de trastuzumab et premier anticorps monoclonal biosimilaire en oncologie pour le géant américain.

Disponibles depuis 2018 sur le marché français, les fioles non ouvertes de Trazimera peuvent être retirées du réfrigérateur et conservées à une température pouvant atteindre 30°C, pendant une seule période, d'un maximum de 3 mois. Alors que la logistique et la chaîne du froid constituent un poste de dépense conséquent et un risque qualité pour l'hôpital, le laboratoire espère ainsi trouver un argument supplémentaire pour se démarquer de la concurrence.

Car sur le seul trastuzumab, 5 biosimilaires sont déjà sur le marché français, commercialisés par Amgen, Biogaran, Mylan, Pfizer et MSD. Avec près de 4,8 milliards de francs suisses (4,4 Mrds E) de ventes depuis le début de l'année, les chiffres de l'Herceptin font des envieux mais le produit de Roche fait mieux que résister.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS