Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Les 75 millions d’euros investis en France par le laboratoire MSD font le bonheur de François Hollande

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

La filiale française du géant pharmaceutique américain Merck vient de créer un fonds de 75 millions d’euros pour investir dans des projets de recherche dans les sciences du vivant. Une annonce qui tombe à point nommée pour le président de la République.

Les 75 millions d’euros investis en France par le laboratoire MSD font le bonheur de François Hollande © Twitter Elysée

Ce mardi 17 mars au soir, Cyril Schiever, le président France de MSD, avait rendez-vous avec François Hollande. La raison ? Son laboratoire pharmaceutique a annoncé, le jour-même, le lancement de MSDAvenir, un fonds de soutien à la recherche dans les sciences du vivant. Ancien patron de la filiale canadienne, où il avait d'ailleurs lancé une initiative similaire, bien que plus petite, Cyril Schiever a convaincu sa maison mère, l’américain Merck & Co, d’investir 75 millions d’euros sur trois ans dans des projets de recherche dans l’Hexagone. 

Une première en Europe pour ce groupe aux 37 milliards d’euros de chiffre d'affaires, dont 1,5 milliard réalisés en France, sa troisième filiale après les Etats-Unis et le Japon. Les priorités du gouvernement en matière de santé publique avec le plan Cancer et le plan sur les maladies neuro-dégénératives, le décloisonnement de la recherche publique-privée entamé sous Nicolas Sarkozy via la création d’Aviesan et l’excellence de la recherche française ont pesé dans la balance, affirme le groupe.

Pas de retour sur investissement financier attendu

Ce fonds sera sans lien avec les essais cliniques que MSD réalise par ailleurs avec des hôpitaux français. Il s’agira de coopérations avec des organismes de recherche ou des porteurs de projets innovants. Ce matin, trois investissements ont déjà été annoncés. Deux avec l’Institut Pasteur : un projet de 3,8 millions d'euros pour constituer un réseau de surveillance des maladies infectieuses et un projet portant sur la résistance aux antibiotiques et ses conséquences économiques et médicales. 

L’autre partenaire est l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales, que MSDAvenir financera à hauteur de 4,7 millions pour évaluer les mécanismes de résistance au VIH chez des patients ayant reçu un traitement antirétroviral. Le fonds pourra également soutenir des projets de spin-off ou start-up mais sans entrer au capital. Il n’a pas vocation à obtenir un retour sur investissement, assure l’entreprise.

Un environnement hexagonal plus favorable aux partenariats

"Cet investissement majeur est cohérent avec notre ambition : renforcer notre stratégie d’alliances en matière de recherche en France, estime Cyril Schiever, qui présidera le conseil d’administration de MSDAvenir. Nous disposons dans l’Hexagone d’un environnement de plus en plus favorable aux partenariats." Pour Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, finalement absent mais qui s’est fendu d’un communiqué de presse de félicitations, "ce choix confirme l’excellence internationale de la recherche médicale française et l’environnement attractif que propose la France aux entreprises innovantes".

L’annonce de MSD tombe à pic pour François Hollande. Le président de la République entend démontrer cette semaine les succès enregistrés par Business France, l’entité née en janvier de la fusion d’Ubifrance et de l’AFII pour promouvoir l’attractivité du pays.

 

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle