Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les 5 entreprises qui associent le plus leurs salariés au profit

Publié le

Une fois les investissements réalisés, comment partager le profit ? Question récurrente dans le débat sur le capitalisme. En donne-t-on trop aux actionnaires pas assez aux salariés, dans quelle proportion ?  Cinq entreprises du SBF 120 sortent du lot en matière de générosité vis-à-vis de leurs salariés. Ce sont toutes des entreprises industrielles. 

Les 5 entreprises qui associent le plus leurs salariés au profit
Bernard Charlès, PDG de Dassault systemes l'un des patrons français les mieux rémunérés sait aussi associer ses salariés au résultat de l'entreprise
© Pascal Guittet

Les entreprises citées

La société Eres, spécialiste de l'épargne salariale,s’est penchée sur la manière dont les entreprises du SBF 120* associaient leurs parties prenantes en comparant le montant des primes collectives (participation, intéressement, abondement) versées aux salariés français et la distribution de dividendes (proratisé en fonction des effectifs France). Il en résulte, qu’en 2015 les salariés ont perçu 5,1 milliards alors que 19,3 milliards de dividendes étaient versés, c'est-à-dire 4 fois plus. Sur les 83 entreprises du SBF 120 étudiés par Eres, les 5 entreprises les plus généreuses envers leurs salariés sont par ordre alphabétique : Alstom, CGG, Dassault Systèmes, Seb et Technip. Elles se distinguent par le ratio le plus favorable aux salariés en cumulé entre 2011et 2015 associé à un montant de primes par personne supérieur à la moyenne du SBF 120 (4 206 € en 2015). 

Disparités

Ainsi, si un Bernard Charles, patron de Dassault Systemes tient régulièrement le haut du pavé des patrons les mieux rémunérés, on lui saura gré d’associer le reste de l’entreprise à ses succès au delà de la rémunération de ses actionnaires. Car rien d’automatique en la matière. "Sur le partage des profits, la moyenne cache d’énormes disparités, explique Olivier de Fontenay, directeur général d’Eres, en 2015, 13 % des entreprises ont versé des primes et aucun dividende, un quart ont versé plus de primes que de dividendes, 17 % ont versé dix fois plus de dividendes que de primes."

Les entreprises publiques pas vraiment exemplaires

Reste qu’en France, le dispositif de la participation assure un minimum d’association des salariés au partage du profit. Cette politique est régulièrement poussée par les pouvoirs publics qui ne se privent pas de donner régulièrement des leçons au secteur privé. Mais, au fait, les entreprises contrôlées par l’Etat des modèles en la matière ? "Pas vraiment", selon Olivier de Fontenay qui a analysé 11 entreprises dans lesquelles l’Etat détient des participations. Sur les 11, seules 4 sont au dessus de la moyenne du ratio prime sur dividendes quand 7 sont en dessous. L’Etat est souvent un actionnaire gourmand même si à sa décharge, il faut indiquer qu’il n’est pas majoritaire dans toutes ces entreprises.

Anne-Sophie Bellaiche

* Etude réalisée sur 83 entreprises du SBF 120 qui totalisent 88 % des dividendes versées.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle