Lentement mais sûrement l'Etat se met aux achats innovants

Augmenter à 2 % la part des achats publics innovants était l’un des objectifs du pacte de responsabilité adopté en 2012. 

Partager

Lentement mais sûrement l'Etat se met aux achats innovants
Les drones de Novadem ont été sélectionné par la centrale d'achat de l'Etat

C’était l’une des 22 mesures proposées par Louis Gallois et reprises par le gouvernement dans son " pacte de compétitivité". Pour aider les PME innovantes à grandir, l’Etat devait augmenter de 1 % à 2 % la part d’achats publics innovants d’ici 2020. A mi-chemin, "il est difficile de si savoir l’objectif a été atteint car tout le monde n’est pas d’accord sur la définition de l’innovation et les marchés qu’elle recouvre" constate Jean-Noël de Galzain, le vice-président du pôle de compétitivité System@tic, "mais l’administration publique est devenue plus réceptive". Depuis un an, le pôle a mis en place un observatoire pour mesurer les achats publics réalisés par les 71 PME du pôle répertoriées dans le catalogue de la centrale d’achat de l’Etat, l’UGAP. En 2015, ceux-ci ont augmenté de 140 % pour atteindre 10 millions d’euros.

Une direction de l'innovation

Quand il était ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg avait fait de l’organisme public sa cible préférée, appelant à le dissoudre s’il ne soutenait pas d’avantage les entreprises françaises. "Il a été un aiguillon. Cela a créé une prise de conscience même si les enjeux des PME étaient déjà pris en compte", reconnaît-on en interne. Début 2014, l’Ugap s’est doté d’une direction de l’innovation pour améliorer l’identification des PME innovantes par les acheteurs publics." En 2014, l’Ugap achetait environ 20 millions d’euros à des PME innovantes. Cette année, on devrait atteindre de 65 à 70 millions d’euros et l’objectif est d’arriver à 200 millions", détaille Sébastien Taupac, le directeur de l’innovation de l’organisme public, qui ne gère que 3 milliards des 80 milliards d’euros d’achats publics annuels.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour pousser l’innovation, un des obstacles est le grand nombre d’acteurs en France. Avec 130 000 acheteurs publics, la France concentre à elle seule près d’un acheteur européen sur deux. "On a longtemps pensé qu’en éclatant la commande publique, on renforcerait la capacité des PME à répondre", reconnait Sébastien Taupac. "Mais l’achat très éclaté et très juridique ne favorise pas la qualité du sourcing". A l’Ugap, trois experts en innovation ont été recrutés pour détecter des innovations en fonction des besoins des différents acheteurs, collectivités locales, hôpitaux ou ministères.

En septembre, deux fabricants de drones Novadem et le groupement Azur Drones et Air Marine ont été retenu au cours d’un appel d’offres pour rejoindre le catalogue de 700 entreprises de l’Ugap. Les pompiers, pour la lutte contre les feux de forêt, et les bailleurs sociaux devraient être les premiers utilisateurs. Des travaux ont aussi été initiés pour le transport à termes de produits sensibles à l’hôpital ou la cartographie des villes. "On va parfois sur des thèmes pertinents sans attendre que le besoin soit exprimé par les acheteurs", souligne Sébastien Taupac.

Echec du partenariat d'innovation

Certains outils mis en place par l’Etat ont en revanche fait pschitt. En 2014, la France a été l’un des premiers pays à transposer une directive européenne instaurant le partenariat d’innovation, qui permet à des PME innovantes de mettre en place des partenariats de long terme. La procédure permet aux acheteurs publics de ne pas passer d’appel d’offres lorsqu’ils ont conclu un partenariat avec une PME pour développer un nouveau produit. "La procédure est tellement complexe qu’elle n’a pas été utilisée", souligne Jean-Noël de Galzain. L’UGAP confirme la lourdeur de la procédure et préfère "mettre l’accent sur la facilitation d’innovation déjà existantes".

Le débat sur le Made in France passe-t-il par l’innovation ? Pour la centrale d’achat, 98 % des PME référencées sont implantées en France. "Le droit interdit la préférence mais on peut faire de l’achat responsable. Le plus important est ce qui se passe avant le marché. Pour retenir des PME, il faut déjà les connaître", estime la centrale d'achat.

Solène Davesne Journaliste Economie
Solène Davesne

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS