Le segment du graphique plombe toujours les résultats de la filière papier-carton

La chute de la production de papiers graphiques (-9,2% en 2015) masque le dynamisme de la filière française du papier-carton sur les segments de l’emballage et de l’hygiène, qui bénéficient de la hausse de la consommation des ménages.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le segment du graphique plombe toujours les résultats de la filière papier-carton

En 2015, la production française de papiers et de cartons a perdu 1,4%, à 7,9 millions de tonnes (Mt). "Depuis le milieu des années 2000, on constate une augmentation de la part relative du secteur des papiers d’emballage, et en second lieu une érosion du graphique", a rappelé, mercredi 27 avril, le délégué général de Copacel, l’union française des industries des cartons, papiers et celluloses, Paul-Antoine Lacour.

L’année qui vient de s’écouler n’a pas fait exception à la règle : en 2015, la production française de papier à usage graphique a accusé une chute de 9,2% (à 2,3 Mt), tandis que celle des papiers-cartons dédiés à l’emballage et au conditionnement a progressé de 2,7%, à 4,3 Mt. L’hygiène continue aussi de croître (+1,3%, à 831 000 tonnes).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Vers un équilibre des usages papier-électronique dans la communication

La baisse du segment des papiers graphiques, dédiés à la communication et à la presse, a entraîné la fermeture de trois usines au cours de l’année, auxquelles s’ajoute l’arrêt d’une machine productrice de papier journal. "Ce repli du graphique se poursuivra au cours prochaines années. Toutefois, un équilibre se crée entre les supports électroniques et papier, chacun ayant des avantages en termes de communication. Le papier a un impact sur les effets de la publicité sur les ventes supérieur à l’électronique, mais ce dernier permet de mieux cibler les clients, l’un renvoyant à l’autre. Ce passage au papier au complément montre que l’optimisation des deux types de médias va encore s’affiner", explique à L’Usine Nouvelle la présidente de Copacel, Agnès Roger.

Risques de surcapacités

A l’instar des dernières années, les acteurs du secteur peuvent en revanche compter sur le dynamisme des matériaux destinés à l’emballage et au conditionnement, dont une partie de la croissance est liée à l’essor de l’e-commerce, mais pas seulement. "Sur le carton, il y a une véritable corrélation avec l’évolution du PIB : si il y a de la croissance, cela tire la partie emballage", précise Agnès Roger. Le PIB a cru, en France, de 0,2% en 2014 et de 1,1% en 2015. "Le contexte réglementaire autour les sacs plastiques, dont l’interdiction va s’effectuer au bénéfice des sacs papier, est une bonne chose pour la filière. Il faudra toutefois être vigilant sur les exportations chinoises de carton plat, ainsi que sur le risque de surcapacités de production de papier pour ondulé", complète le vice-président de Copacel, Yves Herbaut.

Enfin, la consommation de papiers dédiés à l’hygiène (+5% en 2015) s’est appréciée sous l’effet des évolutions des comportements. "Les modes de vie évoluent en permanence, et pour l’instant, on aperçoit, à cinq ans, une hausse croissante de la mobilité, d’où une hausse de la consommation de serviettes, par exemple", indique Agnès Roger. L’organisation professionnelle alerte, ici aussi, sur un risque de futures surcapacités à l’échelle européenne.

En termes de perspectives, "nous faisons preuve d’optimisme limité pour 2016. Au total, malgré les fermetures qui ont eu lieu en 2015, la production française serait en légère augmentation", poursuit la présidente de la Copacel.

Franck Stassi

0 Commentaire

Le segment du graphique plombe toujours les résultats de la filière papier-carton

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS