Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le secteur de la machine-outil enregistre sa meilleure performance depuis 2012

Marion Garreau ,

Publié le , mis à jour le 26/10/2018 À 10H32

Infographie D’après l’étude annuelle du syndicat des créateurs de solutions industrielles (Symop), publiée mercredi 24 octobre, les ventes de machines-outils en France ont atteint l'an dernier 1,6 milliards d'euros. Un chiffre en hausse de 12% par rapport à 2016.

Le secteur de la machine-outil enregistre sa meilleure performance depuis 2012
Photo prétexte Usinage.

L’industrie française se porte mieux et cela profite au secteur de la machine-outil. D’après l’étude annuelle du syndicat des créateurs de solutions industrielles (Symop), publiée mercredi 24 octobre, ce secteur a enregistré sa meilleure performance depuis 2012, avec des ventes de machines-outils en croissance de 12 % en valeur et 5,2 % en volume par rapport à 2016.

Il s’est donc vendu l’an dernier 1,6 milliards d'euros de machines-outils en France, contre 1,5 milliards en 2016. Par rapport à 2013, année qui a suivi la crise de 2012, cela représente une hausse de plus de 60%.

L’automobile, premier secteur client

Si les machines de formage – dédiées au travail de la tôle et qui représentent 25% du marché – ont connu une croissance assez faible en volume (1,6 %), les machines d’usinage (75% du marché) ont quant à elles nettement performé (+5,5% en volume) après une année 2016 déjà favorable, note le communiqué.

Avec une stabilisation de ses investissements en 2017, le secteur de l’automobile redevient le premier secteur client de la machine-outil française (28,2% des ventes). L’industrie aéronautique en est le second (24,7%) et l’industrie mécanique le troisième (24,1%).

Le Symop mise sur de bonnes perspectives d’avenir. La demande de machines-outils devrait connaître une forte expansion en 2018 (+7,4 %) pour retrouver un niveau supérieur à 4 % sur les années suivantes, estime le syndicat. L’annonce récente du Premier ministre Édouard Philippe, sur l’instauration d’une mesure de sur-amortissement de 40 % sur les investissements des PME dans les technologies d’avenir, devrait favoriser cette tendance.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle