Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le projet européen ColRobot dévoile deux robots mobiles collaboratifs pour l’industrie du futur

Marion Garreau , , , ,

Publié le , mis à jour le 05/02/2019 À 21H55

Coordonné par les Arts et Métiers, le projet européen ColRobot pour le développement de systèmes robotiques mobiles collaboratifs s’est achevé fin janvier. Deux démonstrateurs sont prêts à rejoindre les usines de Renault et Thales Alenia Space.

Le projet européen ColRobot dévoile deux robots mobiles collaboratifs pour l’industrie du futur
Le robot mobile collaboratif développé dans le cadre du programme européen ColRobot pour Thales Alenia Space.
© Thales Alenia Space

A quoi ressembleront les robots collaboratifs de demain ? Sans nul doute à des bras robotisés plus intégrés dans leur environnement et davantage capables d’interagir avec l’humain. C’est dans cette direction que vont les systèmes robotisés développés dans le cadre du projet européen ColRobot, lancé en 2016 et coordonné par les Arts et Métiers dans le but de créer des démonstrateurs pour l’aéronautique et l’automobile. Ce programme, financé à hauteur de 4 millions d’euros et associant 11 partenaires, s’est achevé fin janvier avec la présentation de deux démonstrateurs mobiles innovants.

Le premier a été développé pour répondre aux demandes de Thales Alenia Space, qui l’a testé sur son site de Cannes. Il est suffisamment flexible pour réaliser trois cas d’usage : préparer un kit de vis ; apporter ce kit au poste satellite ainsi que des pièces et des outils à l’opérateur ; tenir des pièces lourdes pendant que l’opérateur réalise leur montage sur satellite. Une vraie troisième main !

Une nouvelle interface homme-robot

"Nous avons utilisé un robot mobile Kuka sur lequel nous avons intégré différents systèmes logiciels et hardwares avec nos partenaires AKEO+, le CITC et l’Université de Coïmbra, explique Olivier Gibaru, coordinateur du projet ColRobot et professeur des universités sur le campus Arts et Métiers de Lille. Cela nous a permis de créer un système de pince « intelligent » avec lequel le robot peut préparer différents kits en autonomie. Nous avons également collaboré avec l’entreprise espagnole Technaid afin de développer une nouvelle interface homme-robot basée sur un système de capture des signaux biométriques." Autrement dit, certains mouvements de bras et de mains de l’opérateur servent de mode de communication avec le robot, qui les perçoit grâce à un logiciel de reconnaissance des gestes.

 

 

Le deuxième système robotisé mobile a été développé pour le constructeur automobile Renault. Il s’agit d’un robot de vissage capable de grimper tout seul dans la camionnette à l’intérieur de laquelle il doit faire sa tâche. "Pour le cas automobile, le défi était d’avoir un robot suffisamment léger pour qu’il puisse monter seul dans le véhicule afin de réaliser des opérations de vissage non ergonomiques pour les opérateurs, souligne Olivier Gibaru. Nous avons donc travaillé sur des matériaux composites pour créer une structure ultralégère sur laquelle nous avons implémenté un bras robotisé d’Universal Robots." Renault travaille désormais à identifier les cas d'application les plus pertinents où implémenter cette technologie. Des cas où la robotique collaborative devient une véritable technologie d’assistance à la fabrication.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle