Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Carte] Le Premier ministre dévoile ses 124 territoires d’industrie

Solène Davesne

Publié le

Made in France A l’occasion du Conseil national de l’industrie, le Premier ministre Edouard Philippe doit dévoiler jeudi 22 novembre la liste des 124 territoires d’industrie retenus par le gouvernement. Ceux-ci recevront des moyens prioritaires.

[Carte] Le Premier ministre dévoile ses 124 territoires d’industrie
Edouard Philippe lors de la présentation du plan Industrie du futur.

Le cadre est grandiose. Ce 22 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe doit présider le Conseil national de l’industrie au sein du Grand Palais, à Paris, où débute "l’Usine extraordinaire", la grande exposition organisée par les industriels pour redorer l’image du secteur auprès des jeunes. Pas moins de dix ministres doivent l’accompagner. Un an après la relance de la politique industrielle par le gouvernement, Edouard Philippe veut profiter de cette grand’messe pour lancer la deuxième phase de celle-ci.

Après l’approche par filières industrielles, le gouvernement entend désormais développer une approche par les territoires, "afin de diffuser au-delà des grands groupes" la politique industrielle. Dans le contexte de la mobilisation des gilets jaunes et de la grogne des maires, cette nouvelle approche industrielle trouve un écho nouveau. 

50 % de l'emploi industriel 

Une mission avait été lancée le 20 septembre pour identifier une centaine de territoires. Au final, le Premier ministre doit dévoiler ce jeudi une liste de 124 territoires d’industries. Ceux-ci représentent 50 % de l’emploi industriel français total et couvrent 30 % du territoire. En moyenne, ces territoires ont un trait commun : ils comptent plus de 15 % d’emplois industriels, contre 12 % pour la moyenne nationale et sont à de rares exceptions près situés loin des métropoles. Les faibles coûts du foncier ont poussé les usines de plus en plus dans des zones rurales et périurbaines. "Nous avons essayé de prendre en compte une nouvelle géographie industrielle", souligne-t-on à Matignon, où l'on estime cibler des territoires "où une dynamique existe mais qui ne se sentent pas assez soutenus par les pouvoirs publics" et dont la liste pourrait s’étendre. 

Afin de favoriser le développement de ces zones, le gouvernement entend concentrer ses moyens vers ces territoires. Objectif : accélérer les politiques prioritaires pour répondre aux besoins des entreprises, que ce soit en termes d’infrastructures, de formation ou de cadre de vie. Le gouvernement prévoit ainsi d’orienter en priorité le déploiement du plan très haut débit dans ces territoires. Idem pour l’amélioration de la couverture mobile réclamée aux opérateurs début janvier. Les dispositifs d’accompagnement des patrons de PME pour prendre le virage de l’industrie du futur vont aussi être ciblés sur ces zones. Des formations courtes durées seront financées dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC) pour permettre un retour rapide à l’emploi et résorber les besoins de recrutement dans les zones les plus sous tension.

1,3 milliard d'euros fléchés

Au total, le gouvernement estime qu’entre 1,3 et 1,4 milliard d’euros - issus des enveloppes du PIC, du programme d’investissement d’avenir (PIA) et de la banque des territoires – devraient ainsi être dégagés pour ces territoires.  Au niveau local, un binôme regroupant un élu et un industriel devrait assurer le pilotage de ces contrats industriels de territoires. L’Etat espère en contractualiser un maximum d’ici mars 2019.

Au-delà des moyens mieux ciblés, le gouvernement avance aussi des pistes innovantes. Afin d’inciter les jeunes diplômés à s’installer dans ces territoires, le gouvernement veut expérimenter un "volontariat territorial en entreprise", inspiré du VIE à l’international, et encourager les jeunes ingénieurs et diplômés d’école de commerce à faire leur stage dans des PME et ETI situés dans ces territoires d’industrie. Bpifrance, qui a déjà lancé un pilote avec l’EM Lyon, sera chargée de le lancer. Business France sera aussi mise à contribution pour aider les territoires à améliorer leur marketing vis-à-vis des entreprises et des cadres.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle