Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le populisme à l'épreuve des faits

Publié le

L’industrie est revenue dans le débat présidentiel, mais pas par le haut. Tandis que l’État négociait la reprise du site Whirpool d’Amiens, Marine Le Pen est allée y faire du théâtre, obligeant Emmanuel Macron à surenchérir. Cette scène populiste, inutile voire contre-productive, témoigne de la vacuité de cette campagne présidentielle.

Donald Trump a joué ce jeu-là pendant sa campagne et, une fois élu, comme tous les populistes, il a déçu. Il avait promis de porter les Chinois, « qui dévaluent leur monnaie à un niveau incroyable » (et tuent ainsi l’industrie américaine), sur la liste noire des manipulateurs de devises. Après deux jours avec Xi JinPing, il a capitulé : « Les Chinois ne manipulent pas leur monnaie », « c’est le dollar qui est trop fort, et c’est en partie (ma) faute ». Voilà ce qui s’appelle avaler son chapeau. Avec Poutine, qu’il portait aux nues avant d’être élu, le virage a été tout aussi violent : après l’affaire syrienne, il a reconnu que ses relations avec le Kremlin « étaient très mauvaises ».

L’homme de toutes les ruptures signe des décrets avec une régularité de métronome, mais ils n’ont pour l’heure qu’une portée symbolique. Sur les textes importants – l’Obamacare ou la loi anti-immigration –, le héros de Marine Le Pen s’est fait retoquer au Congrès ou s’en tient éloigné, de peur d’une nouvelle humiliation. Il continue de s’agiter sur la réforme fiscale, mais son impuissance est patente et sa popularité s’en ressent : fin mars, elle est tombée à 36 %. Un score que Bill Clinton et Barack Obama n’ont jamais connu, et que les Bush père et fils avaient mis trois ans à atteindre. Pourtant, Trump a hérité d’une économie prospère.

Alexis Tspiras, un autre leader que Marine Le Pen admira jadis pour sa capacité, lui, à tenir tête à l’Europe, a dû pareillement se déjuger. La Grèce, si elle était sortie de l’Union, aurait été ravagée.

Il existe deux sortes de populistes : ceux qui troquent leurs promesses contre la realpolitik et ceux qui préfèrent ruiner leur pays que de se renier, comme le duo Chavez-Maduro au Venezuela ou les Castro à Cuba. On craint de deviner où se situe Marine Le Pen.

Les moralistes qui accusent Emmanuel Macron d’incarner le stade suprême du populisme – parce qu’il « dit à chacun ce qu’il veut entendre » – jouent dangereusement sur les mots. Si le populisme est « un type de discours qui fait appel aux intérêts du peuple », Macron est certes populiste… comme l’étaient François Mitterrand ou le général de Gaulle. Les politiques sont démagogues par construction. Mais la définition est plus complexe : « Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du peuple et prône son recours, tout particulièrement en opposant ses intérêts à ceux de l’élite qu’il prend pour cible de ses critiques, s’incarnant dans une figure charismatique et soutenu par un parti acquis à ce corpus idéologique » (source : Wikipédia). C’est ici que Geert Wilders, Hugo Chavez ou Marine Le Pen se distinguent de ceux qui prétendent seulement tirer leur légitimité du peuple et d’en être l’émanation.

Le populisme est l’ombre portée de la démocratie. Il n’en est pas toujours une pathologie, car « le populisme des uns est souvent la démocratie des autres ». Mais à une condition, que rappelle le sociologue Jean-Philippe Warren : que la notion de peuple respecte les principes fondamentaux d’égalité, de justice et de tolérance. Car nous savons où mène leur trahison. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus