Le plan de Bruno Le Maire pour parvenir à taxer les "surprofits" d'Amazon en France

Bruno Le Maire a plaidé mercredi 6 juin pour que les différentes activités d'Amazon fassent l'objet d'une approche séparée. Objectif, garantir que le groupe américain soit bien soumis à l'impôt sur les bénéfices décidé au sein du G7 sur les grandes entreprises les plus rentables, en particulier les géants du numérique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le plan de Bruno Le Maire pour parvenir à taxer les
Bruno Le Maire plaide pour que les différentes activités d'Amazon fassent l'objet d'une approche séparée.

Après l'accord conclu le 5 juin à Londres sur une réforme de la fiscalité internationale, qui prévoit aussi l'instauration d'un taux plancher d'impôt sur les sociétés multinationales de 15%, certains pays européens se sont inquiétés qu'Amazon puisse ne pas figurer dans la liste des 100 entreprises susceptibles de devoir payer un impôt en raison de leurs "surprofits".

Aux termes de cet accord, chaque pays peut taxer à hauteur d'au moins 20% les bénéfices réalisés sur son sol par ces multinationales, dès lors que leur marge est supérieure à 10%. Le groupe de Jeff Bezos, à l'origine spécialiste du commerce en ligne, affiche dans sa globalité une marge inférieure à ce seuil mais celle de son activité dans l'informatique dématérialisée ("cloud"), Amazon Web Services (AWS), est nettement supérieure à 30%.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Amazon doit être dans le champ de la taxation minimale (...) et la France va se battre" pour que ce soit le cas, a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire mercredi 9 juin, sur RMC et BFM. "La solution tient en une seule chose, la segmentation des activités d'Amazon. Je souhaite que nous segmentions les activités d'Amazon pour que tout ce qui est très profitable soit bien l'objet de cette taxation digitale et ce qui à l'inverse est moins profitable ne fasse pas l'objet de la taxation digitale", a ajouté le ministre.

Convaincre la Chine...

"Il faut que tous les géants du digital sans exception soient dans le champ de cette taxe", a-t-il insisté, rappelant ses précédentes estimations selon lesquelles la taxation de ces "surprofits" rapporterait entre 500 millions et un milliard d'euros par an à la France, contre environ 400 millions pour l'actuelle "taxe numérique" nationale, et le taux plancher mondial de 15% "plusieurs milliards".

Bruno Le Maire a néanmoins prévenu que l'adoption de cette réforme de la fiscalité internationale dépendait aussi du feu vert de la Chine au sein du G20 et que convaincre Pékin allait "être une sacrée paire de manches".

avec Reuters (Bertrand Boucey)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS