International

Le parti anti-austérité Syriza remporte largement les élections législatives en Grèce

, , ,

Publié le

Le parti de la gauche radicale Syriza est arrivé largement en tête des élections législatives anticipées organisées dimanche 25 janvier en Grèce, avec entre 35,5 et 39,5% des voix, selon les premieres estimations. Cette victoire d'un parti anti-austérité constitue une première dans la zone euro avec la possible constitution d'un gouvernement ouvertement opposé aux contreparties exigées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour sauver le pays de la faillite.

Le parti anti-austérité Syriza remporte largement les élections législatives en Grèce © Wikimedia commons

Le parti de la gauche radicale Syriza, qui s'est engagé à renégocier la dette publique avec les créanciers internationaux, arrive largement en tête des élections législatives anticipées dimanche en Grèce, avec entre 35,5 et 39,5% des voix, selon les premiers sondages à la fermeture des bureaux de vote.

Le parti anti-austérité d'Alexis Tsipras devance les conservateurs de Nouvelle Démocratie, crédités de 23 à 27% des suffrages, selon les instituts Metron Analysis, GPO, Alco, MRB, et Marc. Selon les estimations, Syriza obtiendrait entre 146 et 158 sièges à la Vouli, le Parlement grec, où la majorité absolue est de 151. Les centristes de To Potami et l'Aube dorée d'extrême droite se disputent la troisième place, avec entre 6,4 et 8% des voix.

"C'est une victoire historique, reste à savoir si c'est une grande victoire historique", a déclaré Panos Skourletis, porte-parole de Syriza à la télévision grecque Mega TV. "Elle envoie un message contre l'austérité et en faveur de la dignité et de la démocratie."

L'incertitude demeure sur le nombre d'élus que rassemblera la formation d'Alexis Tsipras et donc sur la possibilité pour Syriza de gouverner seul ou d'être contraint à des négociations pour conduire une coalition avec un ou plusieurs petits partis comme To Potami (centre), les socialistes du Pasok ou encore les Indépendants grecs (anti-austérité).

Une victoire de Syriza, en tête des sondages depuis plusieurs mois, constitue une première dans la zone euro avec la possible constitution d'un gouvernement ouvertement opposé aux contreparties exigées par l'Union européenne et le Fonds monétaire international pour sauver le pays de la faillite.

Cela constitue également un changement de cap significatif après les mesures annoncées par la Banque centrale européenne (BCE) visant à injecter de très importantes liquidités dans les économies ayant adopté la monnaie unique.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte