Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le négoce de pétrole se digitalise avec la blockchain

Arnaud Dumas ,

Publié le

Natixis et Trafigura, un négociant de matières premières américain, veulent mettre en place une blockchain pour le commerce de pétrole brut aux Etats-Unis. Une application développée par IBM a fait ses preuves. Reste à la généraliser.

Le négoce de pétrole se digitalise avec la blockchain

Les applications de la Blockchain au monde de l’industrie se multiplient. La technologie, célèbre pour ses monnaies alternatives comme le Bitcoin, vient d’être adoptée par Trafigura, un négociant en matière première américain, et Natixis. Ils ont mis en place une blockchain privée pour sécuriser le processus de financement des échanges de pétrole brut aux Etats-Unis.

La technologie de la blockchain repose sur le partage d’un registre informatique sur lequel les membres viennent inscrire de manière indélébile leur transaction. Les nœuds du réseau de la chaîne de blocs viennent authentifier la transaction et la valider. Le tout à la vitesse de l’informatique.

Les partenaires utilisent une blockchain privée

Natixis et Trafigura ont choisi de baser leur solution sur Hyperledger Fabric, la blockchain en open source de la fondation Linux, et IBM France s’est chargé de développer l’application. Comme beaucoup de développement dans l’industrie, il s’agit d’une blockchain privée sur laquelle seule les parties autorisées sont autorisées à intervenir et peuvent voir les transactions. L’acheteur de pétrole, le vendeur et les banques impliquées dans la transaction seront connectés sur le même registre distribué.

Selon Natixis et Trafigura, cette nouvelle solution va permettre à la fois d’accélérer les transactions de pétrole brut, d’en réduire potentiellement les frais et de les sécuriser. Ces transactions impliquent en effet un important échange de documents (échange des contrats, lettres de crédit, contrôle de la cargaison, etc.), qui  sont très peu numérisés à l’heure actuelle. La blockchain vient digitaliser le processus et faire gagner du temps aux parties prenantes. Les opérations, qui peuvent prendre plusieurs semaines en temps normal, devrait être réduites à quelques jours.

La plate-forme développée par IBM garantit également l’authentification des partenaires commerciaux impliqués dans les transactions, pour sécuriser les opérations. Les informations inscrites sur la plate-forme sont par ailleurs réputées infalsifiables, ce qui réduit le risque de fraude. L’accélération de la procédure devrait également permettre de réduire les frais liés aux échanges, en réduisant les couvertures nécessaires pour le pétrole en transit.

Cette application est en test depuis quelques mois sur le marché nord-américain. Mais les partenaires espère pouvoir l’étendre à d’autres participants du monde du négoce des matières premières et des banques, pour pouvoir en faire une solution viable.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle