Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le Medef propose une prime de précarité pour certains CDD courts

, , ,

Publié le

Le Medef propose que les salariés qui enchaînent plusieurs CDD d'usage chez le même employeur touchent une prime de fin de contrat. Une proposition parmi beaucoup d’autres envoyées aux syndicats, alors que la négociation sur l’assurance chômage reprend ce jeudi 14 février à 14 heures.

Le Medef propose une prime de précarité pour certains CDD courts
Les partenaires sociaux doivent trouver un accord pour réaliser 3 à 3,9 milliards d'économies en trois ans.
© Laetitia Duarte Filet

Invité de France inter le 14 février, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a dévoilé une des propositions de l’organisation patronale pour limiter la précarité des salariés enchaînant les contrats courts : une prime de fin de contrat ou prime de précarité pour les salariés ayant signé plusieurs CDD d’usage (des contrats très flexible utilisés dans l’hôtellerie-restauration, l’événementiel, les services à la personne).

Un employeur ayant fait travailler quatre fois en six mois un salarié avec ce type de contrat devra lui verser cette prime, dont le calcul reste à négocier. Contrairement aux autres CDD, les CDD d’usage ne donnent pas droit à une prime de précarité, sauf accord d’entreprise ou convention collective.

Pour éviter un bonus-malus dont le patronat ne veut pas, le Medef fait donc un geste, en cherchant à limiter la précarité subie par les salariés enchaînant des contrats courts. Une solution coûteuse pour les employeurs, qui devrait donc les encourager à changer d’attitude. Il propose également un accès facilité de ces salariés à la complémentaire santé de l’entreprise et un abondement de leur compte personnel de formation.

Mesures cosmétiques

Cette proposition sera-t-elle suffisante pour débloquer une négociation mal partie? Invité lui aussi d’une radio matinale (RTL), Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, parfaitement au courant du document envoyé par le Medef, a dit "non aux mesures cosmétiques".

La prime fait partie des nombreuses propositions envoyées hier soir aux syndicats, à la veille de la reprise de la négociation sur l’assurance chômage. Le Medef y traite de tous les autres sujets sur la table, notamment ceux ayant trait aux règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Car les partenaires sociaux doivent trouver 1 à 1,3 milliard d’euros d’économies par an pendant trois ans. De l’équilibre général du texte dépendra la possibilité de trouver un accord.

 

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle