Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

France ou Allemagne, qui fabrique le plus de travailleurs pauvres ?

, ,

Publié le

Analyse Y-a-t-il plus de travailleurs pauvres en France ou en Allemagne ?  Les données de l’OCDE et d’Eurostat semblent se contredire. En réalité, tout est une question de point de vue. Faites-vous votre propre opinion.

France ou Allemagne, qui fabrique le plus de travailleurs pauvres ?
Ou sont les travailleurs pauvres ? Pas forcément là où on les imagine.
© DR

Une statistique de l’OCDE, publiée la semaine dernière à l’occasion d’un forum de ministres des affaires sociales qui se tient au Canada du 14 au 15 mai a fait grand bruit. L'étude met en lumière le fait qu’il y a deux fois plus de travailleurs pauvres en France qu’en Allemagne : 7,1 % en France contre 3,7 % en Allemagne. Compte tenu de la forte proportion de travailleurs à temps partiel en Allemagne et de son volume important de "mini-jobs", évalué à 7 millions en 2017,  le constat a surpris. D’autant qu’il va à l’encontre de l’idée que la France offre un niveau de protection sociale supérieur et dispose d’un Smic plus généreux. Par ailleurs les données d’Eurostat indiquent le contraire et alimentent au passage le moulin des défenseurs de notre modèle social que le monde entier est censé nous envier. En effet, selon le service de statistiques de la Commission européenne 9,5 % des travailleurs allemands sont considérés comme pauvres contre 7.9 % des français.

Pauvre seul mais en famille ? 

En réalité tout est affaire de définition. Eurostat évalue la part de personnes au travail dont le revenu disponible est situé en dessous de du seuil de pauvreté (60 % du revenu médian du pays). L’OCDE, elle, raisonne non pas au travailleur mais au ménage. Elle évalue la part de personnes vivant dans un foyer où au moins une personne travaille, et dont le revenu disponible par personne se situe en dessous du seuil de pauvreté (50 % du revenu médian du pays).

Dans les deux pays des prestations viennent compléter les salaires pour produire un revenu mais comme l’Allemagne a un taux de chômage bien inférieur, (3.4 % contre 8.8 % en France) il y a donc plus de ménages avec deux travailleurs au foyer. "En Allemagne, c’est en général la femme qui a souvent un temps partiel et produit un salaire de complément", confirme Céline Thévenot, économiste à la direction emploi de l’OCDE. Et donc deux travailleurs même pauvres font globalement un ménage plus riche qu’un ménage où un seul travaille même s’il est un peu mieux rémunéré. Par ailleurs le nombre d’enfants est plus élevé dans les foyers français ce qui réduit le revenu disponible par personne.

Deux choix de société

L’affaire illustre des choix de société différents dans les deux pays. Outre-Rhin on mise sur l’emploi pour sortir de la pauvreté, en France on cherche à préserver le niveau des salaires. Que faut-il privilégier ? Des foyers plus riches quitte à ce qu’un des conjoints travaille pour des clopinettes ou des foyers plus pauvres avec un conjoint préservé du travail au rabais mais du coup sans emploi ? C’est à chacun de se faire sa religion. On se permettra de rajouter un élément dans la balance pour les indécis : le ressenti des individus en terme de bonheur. L’enquête annuelle internationale sur le bonheur réalisé par Gallup pour l’ONU classait en 2017 les français à la 32e place tandis que les Allemands pointaient à la 16e. Bien sûr l’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue. 

Reste un vrai problème en Allemagne : la question du travail à temps partiel des femmes, beaucoup plus élevé qu’en France. Cela ne favorise ni leur autonomie ni l’égalité professionnelle à moyen terme. "On ne peut pas vraiment dire si ce travail partiel est choisi ou subi en Allemagne. Il existe un vrai déficit de structure d’accueil pour les jeunes enfants mais il y a aussi une pression sociale sur les mères pour travailler moins", souligne Céline Thévenot. Sur l’égalité professionnelle, La France a clairement une longueur d’avance sur l’Allemagne. L'accueil des jeunes enfant a toujours favorisé le travail des femmes. D’ailleurs, l’écart de salaire horaire entre les hommes et les femmes est de 15,8 % en France contre 22 % en Allemagne. Source Eurostat !

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus