Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le Lorrain PAT crée la filiale Temisis pour tester sa molécule anti-psoriasis

, , ,

Publié le

Quand une PME de la pharmacie se lance dans la cosmétique : c'est l'histoire de Plant Advanced Technologies (PAT) en Meurthe-et-Moselle.

Le Lorrain PAT crée la filiale Temisis pour tester sa molécule anti-psoriasis
Le psoriasis touche 3 % de la population française

Comment se lancer dans la pharmacie quand on est une PME de la cosmétique ? En créant une filiale dédiée, a répondu Plant Advanced Technologies (PAT). Fondé en 2005 à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), ce spécialiste du développement de molécules végétales rares a déjà commercialisé des actifs cosmétiques, mais pas pharmaceutiques. C’est à Temisis, sa filiale née le 9 février, qu’il a confié le soin de porter son nouveau principe actif, une molécule brevetée en 2016 qui a démontré en phase préclinique - tests sur l’animal - son efficacité contre le psoriasis, une affection chronique de la peau qui touche 3 % des Français. L’enjeu est de passer aux essais cliniques sur l’homme, préalables à toute autorisation de mise sur le marché d’un nouveau médicament. Une étape incontournable, mais coûteuse et risquée.

Levée de fonds en préparation

Pour déployer son innovation tout en maîtrisant le risque, PAT a choisi la filialisation. "La richesse de notre portefeuille d’actifs nous invite à structurer notre approche pour sécuriser leur développement et la création de valeur", commente Jean-Paul Fèvre, son président. Afin d’engager les essais cliniques sur des volontaires sains (phase 1) et sur un petit groupe de malades (phase 2a), Temisis devrait procéder à une levée de fonds d’une dizaine de millions d’euros au second semestre 2018. Pour le directeur délégué à la recherche, Frédéric Bourgaud, "l’objectif est de concéder par la suite des licences d’exploitation à de grands groupes pharmaceutiques" et de bénéficier de leur effet de levier pour valider les étapes 3 et 4 des essais cliniques. PAT serait ensuite en mesure de produire la nouvelle molécule, une fois celle-ci commercialisée. Cotée sur Alternext Paris, la PME a réalisé un chiffre d’affaires de 806 000 euros en 2017 et emploie 42 personnes hors filiales.

L’innovation

Un principe actif anti-psoriasis obtenu par l’optimisation chimique d’une molécule naturelle, issue de la technologie de "plantes à traire" brevetée par la société qui consiste à extraire les molécules des racines plongées dans un bain de solvant.

 

L’opportunité

Le psoriasis touche 3 % de la population française et les traitements actuels, à base de cortisone, sont limités par leurs potentiels effets secondaires.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle