Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Le krach chinois affecte plus les métaux que le pétrole

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 27/08/2015 À 17H24

La révision à la baisse des perspectives de croissance en Chine, qui a provoqué un mouvement de panique sur les bourses et la dévaluation du yuan, a plus d’effets délétères sur les cours des métaux, dont la Chine consomme jusqu’à la moitié de la production, que sur ceux du pétrole.

Les cours du pétrole sont condamnés à baisser. Mais pas à cause de la Chine: celle-ci continue à s’approvisionner largement et ne représente que 12% de la demande mondiale, selon l’Agence internationale de l’énergie.

Aggravation de la chute des métaux de base

D’autres matières vont souffrir bien plus de l’atterrissage chinois. Entre autres, le charbon thermique - dont la Chine consomme selon Macquarie 77% de la production mondiale - et les métaux industriels. Pékin absorbe 73% du fer, la moitié de l’aluminium et environ 45% de l’acier et du cuivre mondiaux. Passé sous les 5000 dollars la tonne, le cours du cuivre au LME est au plus bas depuis 6 ans. Tout comme l’aluminium, également sous pression d’une hausse de production (+11% en juillet sur la même période en 2014) qui a divisé par deux le déficit mondial.

La situation inquiète également en Nouvelle-Calédonie, où la chute du cours du nickel (-50% en 18 mois) aura de lourdes conséquences, entre autres pour Eramet. La dévaluation du yuan risque de réduire l’appétit de la Chine pour le ferronickel calédonien, comme pour toutes les matières libellées en dollars. En réponse, le métal a atteint un plus bas de 16 ans.

L’indice Bloomberg des matières premières, qui agrège les prix de 22 ressources, est au plus bas depuis août 1999 (après avoir enfoncé un seuil de 13 ans en juillet).

Dernière victime : le palladium

Alors que les platinoïdes avaient bien résisté au glissement des cours des métaux ces derniers mois, le métal blanc souffre particulièrement de la confirmation du ralentissement chinois. Le palladium a perdu 34% de sa valeur en trois mois.

UBS précise que la correction est venue sanctionner la révision à la baisse du déficit de palladium anticipé pour ces prochaines années. Mais le palladium, principalement utilisé par l’industrie automobile en substitution du platine dans les pots catalytiques, ainsi qu’en joaillerie malgré sa destitution de la liste des métaux précieux (poinçonnés), est particulièrement exposé en Chine. Or le marché automobile chinois fait grise mine.

Pour Edel Tully et Joni Teves, analystes chez UBS, le cours serait néanmoins proche de son plancher. Leurs collègues de China Auto Markets croient fortement à des interventions multiples du gouvernement chinois en cas de tassement trop prononcé de la croissance du marché automobile intérieur. Interventions qui pourraient aller de l’incitation fiscale à des mesures coercitives pour sortir les véhicules les plus anciens du marché. Le tout devant aboutir à une croissance des ventes de véhicules neufs comprise entre 5 et 10% en 2016.

Négociants et miniers mis à mal

La chute des cours des matières premières entamée il y a quatre ans affecte fortement les résultats des négociants (l’action Glencore a perdu la moitié de sa valeur en deux mois) comme ceux des compagnies minières. A l’image de BHP Billiton, qui vient d’annoncer un résultat net en chute de 86,2%. Pour conserver la confiance de ses actionnaires, le minier anglo-australien distribuera pourtant un dividende de 1,24 dollar par action, supérieur au profit sous-jacent (1,2 dollar par part). Fidèle à sa politique de dividendes progressifs et confiant dans un retournement de la tendance, le PDG de BHP Andrew Mackenzie a précisé que chaque variation de 1 dollar du prix de la tonne de minerai de fer affectait son résultat de 148 millions. Le minerai a perdu 41% de sa valeur cette année.

Plus prudent qu’Andrew Mackenzie, le PDG de Glencore Ivan Glasenberg a reconnu le 19 août son incapacité à analyser la situation chinoise : "personne ne sait ce qui se passe là-bas, et je cherche encore celui qui pourra faire des prévisions correctes sur la Chine".

Myrtille Delamarche

 

Pour en savoir plus: WorldSteel vient de publier la carte 2015 des aciéries chinoises (cliquer sur l'image pour ouvrir le Pdf)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle