Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[En images] Le jour se lève pour la voiture solaire Lightyear One

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le

Vidéo La start-up néerlandaise Lightyear a révélé le prototype de son premier modèle électrique, dont des panneaux solaires augmentent l’autonomie. La Lightyear One sera produite à partir de 2021.  

[En images] Le jour se lève pour la voiture solaire Lightyear One
La start-up automobile néerlandaise Lightyear a dévoilé son premier modèle ce 25 juin.
© Lightyear

Le premier véhicule solaire à longue portée se dévoile. La start-up qui l’a conçu, Lightyear, a soigné la mise en scène : la présentation s’est faite ce 25 juin de bon matin, à l’heure du lever du soleil, près de sa base de Katwick (Pays-Bas). Une façon de montrer que l’automobile est à l’aube d’une nouvelle révolution.

725 km d'autonomie (en théorie)

La Lightyear One sera la première voiture électrique de série à intégrer des cellules photovoltaïques sur son toit. Le véhicule sera donc une hybride électrique / solaire : la batterie pourra se recharger à l’aide d’une prise électrique classique, ou via les panneaux solaires. De quoi permettre une autonomie de 725 km (aux normes WLTP), pouvant dans les faits varier de 400 à 800 km selon les conditions. "On sera plus proche de 400 km en hiver, lorsque le chauffage sera allumé", prévient le PDG Lex Hoefsloot.

Mais le véhicule promet d’allier la simplicité des véhicules électriques au côté "pratique" des véhicules thermiques grâce à cette autonomie allongée. D’autant plus qu’il sera possible de récupérer 400 km d’autonomie en une nuit via une prise électrique classique, et non un chargeur rapide.

Le véhicule repose sur une base mécanique relativement simple. Les quatre moteurs sont placés sur chacune des quatre roues motrices. Il n’y a pas de transmission, ce qui évite les déperditions d’énergie. La batterie, de taille modeste, est placée sous le plancher en position centrale. Avec ces choix, les concepteurs ont voulu minimiser le poids et soigner l’aérodynamique pour augmenter l’efficacité énergétique du véhicule. La gestion électronique des différents modes de conduite contribue aussi à cette efficience.

Un toit high tech (mais au rendement décevant)

La complexité du véhicule repose dans ses surfaces photovoltaïques. Le toit est composé de trois couches : le verre protecteur, les cellules photovoltaïques et la structure porteuse. Sa puissance maximale atteindrait 1200 watts et ce module pourrait produire 700kWh par an. Ce n’est pas un rendement exceptionnel, mais les panneaux pourraient générer environ 50 à 70 km d'autonomie supplémentaire par jour, au cours d’une belle journée d’été. Il sera aussi possible de brancher un appareil électrique sur une prise classique fournie à l’intérieur du véhicule.

La start-up reste discrète sur les matériaux et technologies utilisés dans son toit solaire (même si elle s’appuie en grande partie sur une supply chain et des usines existantes) et dit poursuivre ses recherches.

Top départ en 2021

Pour être pionnier de l’automobile solaire, il faudra être riche (avec un ticket de départ à 119 000 euros) et patient : la production doit débuter en 2021. Les 100 premiers modèles ont déjà trouvé preneurs, et 500 autres sont accessibles en pré-réservation. Mais Lightyear dit travailler à la réduction des coûts pour rendre la technologie plus accessible dans les dix à quinze années à venir.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle