Quotidien des Usines

Le Guide du "Routard de la visite d’entreprise" s'offre une seconde édition

Hubert Mary , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle En partenariat avec l’association "Entreprises et découverte", le fondateur du Guide du Routard, Philippe Gloaguen, lance une seconde édition du Routard de la visite d’entreprise, disponible à partir de mercredi 11 décembre.    

Le Guide du Routard de la visite d’entreprise est de retour. Les confidences de Philippe Gloaguen, son fondateur
La raison première de ce guide? Réconcilier les Français avec leurs entreprises et donner de nouvelles perspectives d’apprentissage aux jeunes.
© Hachette

L'Usine Nouvelle.- D’où est venue l’idée d’un Routard de la visite d’entreprise ?

Philippe Gloaguen.- Elle est venue de deux événements distincts, qui pourraient passer pour anecdotiques. Pour commencer, cette jolie histoire. Une amie emmène sa fille au musée Fragonard de Grasse (Alpes-Maritimes). A la fin de la visite, un test d’odorat est proposé. Tout le monde se heurte à la difficulté de l’exercice. La gamine de 12 ans fait un sans-faute. C’était un nez. Aujourd’hui, elle a fait une école de nez et travaille dans la parfumerie. Ce genre de choses, ça ne s’invente pas, et pour le découvrir, il faut se mettre en conditions.

Le second événement a eu lieu pendant mes études en école de commerce à l’ESCP. J’avais été frappé de l’inimitié entre les entreprises et les Français, fondée sur des fantasmes et des idées de temps anciens (travail à la chaîne, pénibilité, reproduction sociale…). Quand j'ai rencontré Cécile Pierre et qu’elle m’a parlé de son association "Entreprise et découverte" (le partenaire du Guide, ndlr) qui regroupait les entreprises désireuses de faire connaître au public leurs activités, j’ai sauté sur l’occasion.  

La raison première de ce guide est donc de réconcilier les Français avec leurs entreprises et de donner de nouvelles perspectives d’apprentissage aux jeunes.

 

Vous pensez avoir réussi votre pari ?

Si l’on regarde le succès de la première édition, on peut se dire avec Cécile que oui. Pour qu’on poursuive l’édition d’un guide, il doit s’écouler à plus de 15 000 exemplaires. Je pense qu’il y avait un manque dû à cette méfiance ancienne vis-à-vis des entreprises, et qu'il existe aussi un véritable tourisme lié à la visite d’entreprise. Par ailleurs, de nombreuses régions nous demandent de réfléchir à des versions territoriales du guide. En 2017, nous avons publié un guide pour la région PACA.  

Quand on a 14 ou 15 ans, en fonction de sa culture et de sa situation sociale, on est souvent déjà guidé dans la vie… Elargir ses horizons, rencontrer des professionnels, découvrir des savoir-faire, cela permet aux parents comme aux plus jeunes d’emprunter des chemins différents.

 

(La Manufacture Bohin, spécialisée dans la couture, s'occupe notamment d'assembler les produits de la marque Aigle. Crédit photo: @vanessagautier)

Quel est l’intérêt pour les entreprises ?

Tout d’abord une fierté qui se ressent immédiatement chez les gens qui font visiter leur entreprise et parlent de leur savoir-faire.

Par ailleurs, il y a aussi des retombées économiques. Une confiserie des Hautes-Vosges attire par exemple 200 000 visiteurs chaque année ! La visite (souvent gratuite) est payée par les achats faits à la boutique en fin de parcours. J’étais invité il y a un mois et demi au ministère de l’Economie pour parler du guide. J’étais très surpris par le nombre de patrons présents. Durant cet événement, le PDG de L’Occitane, Reinold Geiger, qui a créé un musée sur l’huile d’olive à côté d’Avignon (Vaucluse), m’a confié que le nombre de visites a augmenté de 30% depuis qu’il est cité dans le guide.

Quels types d’entreprises sont représentés dans votre guide et comment les choisissez-vous ?

L’intérêt du guide réside dans la diversité des visites. On peut passer de celle d’une centrale nucléaire d’EDF à une usine de chocolat… Nous avons classé les entreprises en cinq secteurs d’activité. Artisanat; agroalimentaire, vin et spiritueux; industrie; technologie et énergie; et enfin mode et cosmétiques.

La demande des entreprises pour entrer dans ce second guide était très forte, nous avons dû en refuser certaines, un signe de plus du succès de cette initiative. Pour commencer, nous n’acceptons que les entreprises qui sont membres de l’association "Entreprise et découverte". Le principal problème est un problème de sécurité. Visiter une entreprise peut présenter des risques.

Quelles sont les nouveautés pour cette seconde édition ?

Cette nouvelle édition est plus dense, il y a plus de texte et les entreprises ont été actualisées.

(Visite de la centrale nucléaire du Bugey par EDF. Crédit: Entreprise et Découverte)

 

Retrouvez ICI notre enquête consacrée au tourisme industriel, et partez à la découverte (été comme hiver) de quelques lieux emblématiques:

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte