Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Après le grand débat, cinq questions brûlantes sur les impôts auxquelles le gouvernement devra répondre

, ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Analyse En introduisant la restitution du grand débat  ce 8 avril, Edouard Philippe a déclaré : "nous devons baisser et baisser plus vite les impôts. Les Français ont aussi compris avec beaucoup de maturité […] qu'on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique." Cette promesse est l’une des principales annonces de ce jour aux côté de la volonté de rétablir un équilibre entre les métropoles et les petites communes, la mise en œuvre d’une démocratie plus participative, et la prise en compte de l’urgence climatique. Pour y voir clair dans ce qui attend le gouvernement au moment de passer aux actes en matière de fiscalité, retrouvez les termes de l’équation en 5 points  

Après le grand débat, cinq questions brûlantes sur les impôts auxquelles le gouvernement devra répondre
Edouard Philippe a procédé à une première restitution du Grand débat national ce 8 avril au Grand palais à Paris.
© Gouvernement - capture Dailymotion

Le mouvement des Gilets jaunes est parti d’un ras-le-bol fiscal. Pas étonnant, donc, que la fiscalité se soit imposée comme la question centrale du grand débat. "Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faudrait-il baisser en priorité ?", demandait Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français début janvier. Les réponses ont donné lieu à un florilège de propositions tous azimuts et souvent contradictoires. Rendre le système plus redistributif, dans un pays où les transferts fiscaux sont déjà importants ? Beaucoup d’idées tournent autour de l’alourdissement de la contribution des plus riches, via les droits de succession. À l’inverse, d’autres demandent un impôt sur le revenu plus proportionnel, simplifiant à l’extrême un système fiscal jugé trop complexe. Les arbitrages vont être délicats.

1 -  Comment rendre acceptable la fiscalité écologique ?

 

 

Peut-on encore sauver la taxe carbone ? La trajectoire[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle