Le gouvernement revoit à la baisse la croissance française en 2019

Le 19 mars, le ministre de l'Économie et des Finances a revu à la baisse la croissance de l'économie française en 2019. Après une prévision de 1,7%, le gouvernement table désormais sur 1,4%. Le ministre Bruno Le Maire est revenu sur l'impact du mouvement des gilets jaunes sur l'économie française lors de son annonce.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le gouvernement revoit à la baisse la croissance française en 2019
Le ministre Bruno Le Maire est revenu sur l'impact du mouvement des gilets jaunes sur l'économie française lors de son annonce. REUTERS / Gonzalo Fuentes

La croissance de l'économie française devrait être de l'ordre de 1,4% en 2019, soit moins que la marque de 1,7% prévue par le gouvernement dans le budget 2019, a annoncé mardi 19 mars le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le maire.

Une croissance prévue de 1,4% en 2019

"La croissance devrait être de l'ordre de 1,4% en 2019, chiffre que je confirmerai au moment de la présentation du programme de stabilité" des finances publiques prévue en avril, a-t-il dit lors d'une audition devant les commissions des Lois et des Affaires économiques du Sénat.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le gouvernement se cale ainsi sur les dernières prévisions de la Banque de France, qui a revu elle aussi en baisse ses anticipations pour 2019 à la lumière du ralentissement de l'économie internationale au deuxième semestre 2018.

L'OCDE prévoit de son côté une croissance limitée à 1,3% en France en 2019, après 1,5% en 2018.

"Les images de violences abîment la France"

Bruno Le Maire a estimé que les perturbations liées au mouvement des gilets jaunes avaient coûté à ce jour jusqu'à 0,2 point de croissance à l'économie française, dont 0,1 point sur le seul quatrième trimestre 2018, des chiffres inchangés par rapport aux estimations faites fin février. "Je maintiens cette évaluation après consultation des différentes fédérations" professionnelles, a-t-il précisé.

"Les images de violences abîment la France, elles abîment notre réputation, elles abîment notre attractivité", a dit le ministre, pour ajouter cependant qu'elles ne "remettent pas en cause les fondamentaux économiques de notre pays, qui restent solides".

Il a souligné que, au vu des dernières prévisions des organisations internationales, l'économie française "devrait faire en 2019 mieux que la moyenne de la zone euro, mieux que ses principaux partenaires que sont l'Allemagne et l'Italie dans un environnement international incertain".

Avec Reuters (Yann Le Guernigou, avec Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS