Le G20 de Lima se penchera sur le défi financier de la transition énergétique des pays pauvres

Les ministres des finances du G20 se réunissent le 9 octobre à Lima, au Pérou. Le financement de la lutte contre le réchauffement climatique sera au cœur des discussions, les ministres devront évaluer quels efforts supplémentaires ils devront réaliser pour atteindre l’objectif de 100 milliards de dollars par an en 2020.

Partager

Lors du G20 en Australie en 2014- Crédits G20 Australie 2014

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dernière étape officielle avant la COP 21. La réunion des ministres des finances du G20 le 9 octobre à Lima (Pérou) risque de s’avérer décisive pour tenir l’objectif d’un réchauffement climatique en dessous des 2 degrés d’ici le siècle prochain. Les ministres doivent en effet aborder la question cruciale du financement de la transition énergétique des pays de développement.


Prévu le 7 octobre, un rapport de l’OCDE doit mettre les choses au clair. L’organisation internationale a fait une photographie à fin 2014 de l’engagement des Etats pour atteindre l’enveloppe de financement de 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, sur laquelle les pays s’étaient engagés lors de la Conférence de Copenhague en 2009. "On sait que les engagements ne seront pas encore suffisants pour atteindre l’objectif et qu’il faudra de nouvelles annonces", estime-t-on au cabinet de Michel Sapin.


Des engagements complémentaires à prendre
A Lima, les ministres des Finances internationaux devront donc trouver les moyens de prendre des engagements complémentaires pour atteindre l’objectif. "Il faut maintenir la pression sur les Etats et les organisations multilatérales", déclare-t-on à Bercy.

Michel Sapin, qui se rendra au Pérou du jeudi 8 au dimanche 11 octobre, devrait en profiter pour détailler l’engagement financier de la France. François Hollande avait déclaré lors de son déplacement aux Nations Unies, fin septembre 2015, que la France consacrerait 5 milliards d’euros par an à partir de 2020 au financement de la lutte contre le réchauffement climatique, contre 3 milliards d’euros par an actuellement.


La réunion du G20 à Lima permettra aussi de faire le point sur la participation du secteur financier privé sur la question climatique. Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations Unies, présentera un rapport sur la question.

Arnaud Dumas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS