Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le futur dirigeable de Flying Whales séduit Bpifrance

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le

Lancée en 2013, l'entreprise française Flying Whales atteint une nouvelle étape dans la construction de son dirigeable : le LCA60T. Elle vient de convaincre Bpifrance d'investir 25 millions d'euros dans ce projet.

Le futur dirigeable de Flying Whales séduit Bpifrance
Le LCA60T, est un aéronef doté d’une capacité de chargement, déchargement et d’emport de 60 tonnes.
© Flying Whales

Bpifrance a annoncé un investissement de 25 millions d’euros pour soutenir le projet d’un dirigeable pour le transport de charges lourdes. Le ballon semble aérien et léger mais peut emporter 60 tonnes "destinées aux marchés du débardage du bois, du fret et du transport exceptionnel". Bpifrance précise que ce projet, intitulé LCA60T et pensé par l’entreprise Flying Whales, représente un investissement en R&D de 61 millions d’euros sur quatre ans. L’aide de Bpifrance s’inscrit dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et d’un appel à projets de R&D structurants pour la compétitivité.

La banque d’investissement décrit le dirigeable comme un bon compromis entre la flexibilité de transport qu’a l’hélicoptère et les capacités de charge de l’avion "à des coûts d’exploitation très nettement inférieurs". Abdelkader Berkane Krachai, responsable sectoriel Industrie chez Bpifrance, ajoute : "Le projet LCA60T envisage de créer une solution de transport nouvelle dont le cadre réglementaire reste à construire." Flying Whales souligne aussi sa "très faible emprunte environnementale".

L'entreprise basée à Colombes (Hauts-de-Seine) s’était d’abord développée dans l’idée de répondre aux besoins de l’Office national des forêts (ONF). Le ballon était pensé pour transporter le bois des lieux de coupe aux scieries. "Au départ, nous avons cherché à répondre à cette problématique, explique Sébastien Bougon, le patron de l'entreprise. En 2012, nous avons eu une année de réflexion avec l'ONF pour définir les aspects fonctionnels et économiques du projet. L'ONF est en ce sens un parent de Flying Whales."

Une gageure technique

Assystem Technologies s’est associé à l’élaboration du projet. Le dirigeable de 150 mètres de long et haut comme un immeuble de douze étages présente plusieurs défis de conception. La société spécialisée dans l’ingénierie a proposé une construction dite stéréolithographique. "Cela consiste en la réalisation de couches successives qui se superposent les unes aux autres", indique Assystem Technologies. Opposé à une technique d’assemblage, "l’avantage de l’approche stéréo-lithographique est que toutes les opérations se font à hauteur d’homme, entre 1,80 et 12 mètres de hauteur. Elle fluidifie et sécurise les opérations, ce qui permet d’avoir un temps d’assemblage plus court, explique David Fiorina, vice-président Aerodefense d'Assystem Technologies. Le projet avance déjà sur la prochaine étape : la réalisation des pièces, dont les premières sont attendues pour 2021."

Flying Whales a pour ambition de construire une dizaine de LCA60T par an et par pays, pour l’instant en France et en Chine. L’entreprise espère débuter sa production industrielle en 2022.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

15/03/2018 - 08h52 -

Tous les trois ou quatre ans, un nouvel "inventeur" vient quémander de l'argent pour développer un nouveau "plus léger que l'air" au formidable potentiel économique: Les plus gros pourraient même permettre de hisser des cuves de centrales en altitude, ce dont l'intérêt n'échappe à personne. L'ennui, c'est que selon le principe d'Archimède et compte-tenu des densités de l'helium (cher et furtif) ou de l'hydrogène (flambeur), il faut des enveloppes gigantesques pour dépasser la capacité d'emport d'un avion cargo lambda. Ce qui pénalise fortement la formule, la fragilité des engins les rendant très sensibles aux conditions météo. Aucun des "inventeurs" ayant proposé de moderniser le dirigeable depuis la perte emblématique du zeppelin "Hindenburg" n'a trouvé la formule qui tue pour pallier ce gros défaut. Les derniers essais en date, d'un modèle britannique basé sur un prototype militaire américain abandonné par ses promoteurs initiaux, ont lamentablement foiré. BPIfrance ne le sait pas?
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus