Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le fonds pour l’innovation, c’est parti

Arnaud Dumas , ,

Publié le

Le fonds pour l’innovation de rupture, promis par Emmanuel Macron, vient d’être créé. Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a signé le transfert de 10 milliards d’euros dans ce véhicule qui sera piloté par Bpifrance.

Le fonds pour l’innovation, c’est parti
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances
© DR.

Bruno Le Maire vient de signer le transfert d’argent. Le fonds de dix milliards d’euros pour financer l’innovation de rupture, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, va donc bientôt pouvoir lancer ses premiers investissements.

"Pour rester dans la course économique, nous devons investir massivement dans l’innovation", a assuré Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances lors de la présentation de ses vœux. Il ajoute : "L’innovation est la clé de la nouvelle industrie française, que symbolise la FrenchFab."

Une doctrine à préciser

La doctrine d’investissement du nouveau véhicule financier n’a pas encore été précisée. Il aura cependant pour mission d’investir dans des innovations de rupture et de permettre leur industrialisation en France.

Le fonds sera hébergé par Bpifrance. Il sera doté de 1,6 milliard d’euros issus de la cession des participations de l’Etat dans Engie et Renault en 2017. Les 8,4 milliards d’euros restants seront constitués des actions de l’Etat dans EDF et Thalès, qu’il mettra temporairement à disposition du fonds. De prochaines cessions d’actifs viendront abonder le fonds, pour permettre à l’Etat de récupérer ses titres.

La dotation totale de 10 milliards d’euros ne sera pas consommée par les équipes de Bpifrance. Seul le rendement généré par cette somme, de l’ordre de 200 à 300 millions d’euros par an, sera injecté dans les technologies de rupture.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/01/2018 - 12h50 -

Donc, ce sont 200 à 300 millions / an pour l'innovation, et non 10 milliards! Il est vrai que nous français n'avons pas une base culturelle nous permettant de connaitre la vraie valeur de telles sommes. Donc l'État fait de la comm'? En comparaison, je propose de visiter le site de l'institut Fraunhoffer, organisme semi-privé, équivalent allemand d'une sorte de CNRS+BPI+"d'autres systèmes d'innovation qui n'existent pas en France". Il est doté annuellement de 700 à 950 millions d'euros, depuis au mini 12 ans (et peut etre avant). Car cela fait 20 ans que les Allemands ont entrepris d'innover systématiquement, un peu avant les britanniques (oui!). A cette époque, un président Chirac s'employait à abattre les (certes) dinosaures de la recherche française, qui ne furent remplacés par rien. On est donc une fois de plus à la ramasse et il va falloir rattraper, "à la française" : à l'arrache et avec 3 x moins de moyens, bien sûr!
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle