L'Usine Maroc

Le FMI révise à la baisse sa prévision de croissance pour le Maroc

, , , ,

Publié le

Dans ses perspectives économiques publiées le 2 octobre, le FMI a dégradé sa prévision de croissance 2014 concernant le Maroc en la portant à 3,5%. Un chiffre proche des prévisions du gouvernement mais au-dessus des 2,5% de celui de la banque centrale Bank Al-Maghrib. Toute la zone MENA suit la même tendance, selon le FMI qui prévoit un rebond pour le Maroc en 2015 à 4,7% de croissance.

Le FMI révise à la baisse sa prévision de croissance pour le Maroc
Christine Lagarde, directrice générale du FMI
© World Economic Forum - Flickr - C.C

Dans la mise à jour des Perspectives économiques mondiales (WEO) publiée le 2 octobre, le FMI a corrigé à la baisse sa prévision de croissance du PIB 2014 pour le Maroc à 3,5%, soit 0,4 point de moins que le chiffre antérieur datant de juillet.

La zone MENA (Moyen Orient et Afrique du Nord) qui comprend aussi l'Afghanistan et le Pakistan dans les rapports du FMI ne fait pas mieux avec une croissance 2014 attendue à 2,7%, elle aussi revue à la baisse de 0,4 point.

En 2013, selon le FMI, la progression de l'économie marocaine a été de 4,4%.

A noter que les prévisions du taux de croissance du Maroc pour 2014 ont été revues à la baisse à plusieurs reprises ces derniers mois par différents instituts de conjoncture ou organismes officiels.

La dernière révision en date est celle de Bank al-Maghrib le 23 septembre, la banque centrale du royaume a dit alors tabler sur 2,5% de croissance pour cette année et a même baissé son principal taux directeur d'un quart de point à 2,75% pour relancer le crédit et l'économie.

Pour 2015, la prévision de croissance du FMI pour le royaume chérifien est de 4,7% , soit une dégradation de 0.2 point sur celle de juillet.

L'hypothèse de croissance retenue par le gouvernement marocain et notamment de Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie pour la loi de finance 2015 n'est pas encore fermement confirmée mais tournerait autour de 4%, chiffre compatible donc avec celui du FMI. 

Point positif selon les économistes du FMI, le Maroc peut compter sur l'inflation la plus basse de la zone MENA cette année à 1,1% en 2014, celle-ci devant légèrement repartir à la hausse en 2015 à 2% .

La situation de la balance courante toujours fortement dans le rouge va s'améliorer progressivement. Selon le Fonds elle est attendue à –5,8% du PIB en 2015 après avoir culminé à –7,6% en 2013. Le FMI tablant sur un déficit courant de 6,8% du PIB cette année.

Quant au taux de chômage, l'institution dirigée par Christine Lagarde prédit un taux stabilisé à 9% en 2015 après 9,1% cette année.

Dans son commentaire portant sur le Maroc, le FMI précise que "la mise en place des réformes structurelles commence à porter ses fruits". Il perçoit même une confiance accrue des investisseurs privés, la hausse des recettes du tourisme et une meilleure performance des exportations.

En juillet, le FMI avait approuvé l'octroi d'une ligne de précaution et de liquidité (precautionary and liquidity line ou PLL) de 5 milliards de dollars au Maroc en renouvellement de la précédente arrivée à échéance et non utilisée par le gouvernement.

Dans un contexte de reprise inégale en raison notamment d'une activité faible au premier semestre, les prévisions de croissance mondiale pour cette année ont été révisées par le FMI à la baisse à 3,3%, soit 0,4 point de moins . En 2015, le FMI prévoit 3,8% de croissance pour l'économie mondiale.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte