L'Usine Aéro

Le départ de Franky Zapata, son Flyboard Air sous le bras, plus autant d'actualité

Aurélie M'Bida , ,

Publié le

Le créateur des skateboards volants Flyboard et Flyboard Air, s'est finalement ravisé. Un mois après s'être insurgé contre les freins administratifs à la commercialisation de son invention, Franky Zapata a mis de l'eau dans son vin.

Le départ de Franky Zapata, son Flyboard Air sous le bras, plus autant d'actualité © Zapata Racing

Son coup de sang le mois dernier n'aura pas été vain. Non seulement Franky Zapata semble apaisé et relativise s'agissant de l'avenir de son "bébé", le Flyboard Air, sorte de skateboard volant autonome doté de réacteurs. Mais encore le retentissement médiatique après son appel à l'aide sur les médias sociaux, lié à l'interdiction de vol et à sa convocation par la Gendarmerie des transports aériens, lui a servi de porte-voix. Dans un entretien à 20 Minutes, l'inventeur marseillais qui affirmait début mars  qu'il y avait "de fortes probabilités que le Flyboard Air ne vole plus jamais en France", semble aujourd'hui prétendre le contraire.

"On commence à avoir de bons retours des autorités ! Ça s’enclenche dans le bon sens. Tout le monde est en train de prendre conscience que ce n’est pas une machine de kamikaze !", a-t-il expliqué au quotidien. Par tout le monde, l'ancien pilote de jet-ski veut parler de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC). Le gendarme de l'aviation ne lui ayant toujours pas délivré la fameuse homologation nécessaire à la reprise des essais sur sa machine. Mais apparemment, le dossier est à l'étude, un certain nombre de documents sont nécessaires, et le "laissez-passer" devrait lui être délivré "pour six mois, pour une zone bien délimitée", rapporte la DGAC.

"On est de bons Français"

Se défendant d'avoir bluffé, Franky Zapata raconte avoir reçu plusieurs propositions sérieuses depuis son post Facebook. Des Etats-Unis, du Qatar, "un gros investisseur d’Abu Dhabi nous proposait même 40 millions d’euros". Avant d'assurer fièrement :  "on est de bons Français, on veut que la société reste en France". Le 15 mars dernier, le fondateur de la société Zapata Racing, a été convoqué par la Gendarmerie des transports Aériens. Il a été prié de cesser ses vols avec sa dernière trouvaille, non encore homologuée. 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/04/2017 - 19h10 -

Que l'on réglemente LA zone d''essais ok mais laissez le travailler développer .son invention ..qui aura un bel avenir ...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte