Le décès d'Anne-Marie Boutin laisse le design industriel français orphelin

Anne-Marie Boutin, la présidente de l’APCI et première directrice de l’ENSCI-Les Atelier, est décédée le 20 novembre. Elle a consacré sa carrière à la promotion du design auprès des entreprises et des administrations. Sans jamais rien lâcher.

Partager
Le décès d'Anne-Marie Boutin laisse le design industriel français orphelin

"Elle a donné sa vie pour le design", nous rappelle le designer Jean-Louis Fréchin. Jusqu’au bout, Anne-Marie Boutin se sera en effet battue pour défendre le design français, sous toutes ses formes. La "papesse" du design, comme certains la surnommaient affectueusement, est décédée le 20 novembre dernier. Présidente-fondatrice de l’Agence pour la promotion de la création industrielle (APCI) depuis 1983, c’est à elle que l’on doit l’Observeur du design, qui depuis 1999 remet ses Etoiles aux réalisations de design industriel, numérique ou de service, les plus exemplaires. "L’Observeur est sa grande œuvre, rappelle Jean-Louis Fréchin. Ce prix est très important pour tous les designers. C’est la seule chose digne qui parle de tous les designs au-delà du simple design culturel."

Magistrate honoraire à la Cour des comptes, Anne-Marie Boutin était née le 1er mai 1938 à Tlemcen (Algérie). "Anne-Marie avait quelque-chose d’unique, observe Anne Asensio, vice-présidente design expérience de Dassault Systèmes. C’était une mathématicienne. Elle avait un sens très aigu de la rigueur, presque montée chez elle comme une forme de justice. Mais elle avait en même temps toujours une approche sociale des choses."

Rien à voir avec la créativité débridée des designers dont elle défendait le travail tous les jours. Mais rien à voir non plus avec la rigueur d’esprit des politiques qu’elle cherchait à convaincre du rôle clé du design pour l’innovation et sa nécessaire prise en compte dans les politiques publiques. Deux mondes irréconciliables qu’Anne-Marie Boutin a cherché coûte que coûte à réconcilier. Parfois en vain. "Elle s’était donné comme objectif de convaincre la puissance publique de l’importance du design, rappelle Anne-Marie Sargueil, la président de l’Institut Français du design. Elle a beaucoup souffert d’être au centre de deux mondes qui ne se parlent pas." Souffert, parce qu’entière. "Elle incarnait totalement sa mission. Il était difficile de l’en dissocier", explique Anne Asensio. Son engagement total avait une lourde contrepartie. Selon l’ex-directrice du design de chez Renault, "elle était physiquement affectée par les débats et les luttes d’égos qui défavorisaient la promotion du design".

Mais "elle ne lâchait jamais rien". Cette affirmation revient sans cesse à son propos. Pour tous, la pugnacité restera en effet son principal trait de caractère. Une pugnacité et un engagement sans limite, qu’elle avait déjà manifesté au poste de directrice de l’école de design l’ENSCI-Les Ateliers à Paris, de 1984 à 1992 et qui marqué non seulement les étudiants, mais toute la profession. "Elle a toujours considéré tous les gens de l’ENSCI comme ses élèves, même si elle n’a jamais enseigné le design", se souvient Jean-Louis Fréchin. Sous son impulsion, l’école, née sous la double tutelle ministérielle Culture et Industrie d’une volonté du Président François Mitterrand, est devenu un nid à designers star, comme Matali Crasset ou Mathieu Lehanneur.

Forcément, sa disparition laisse un grand vide, même si elle avait eu à cœur de se préoccuper de l’avenir de l’APCI. Et son projet de Centre national du design demeure en friche. "C’est la mission qu’elle nous a légué, avance Anne Asensio. Le projet n’est pas dans l’état de ce qu’elle aurait aimé le laisser. Il va falloir le reprendre, le revisiter." Si la profession cessait de se chamailler pour donner enfin à la France le Centre national qui lui manque pour faire rayonner son design, "astucieux et élégant", comme le définissait Anne-Marie Boutin, ce serait, pour elle, le plus beau des hommages.

2 Commentaires

Le décès d'Anne-Marie Boutin laisse le design industriel français orphelin

André-Yves Portnoff
27/11/2017 00h:37

J'ai eu la chance de connaître Anne-Marie et de travailler avec elle. C'était une femme de grande valeur, de volonté et de talent, une professionnelle avec beaucoup de qualité humaine. C'est une grande perte.

Réagir à ce commentaire
Anne-Marie laisse un grand vide !
04/01/2018 19h:06

Sa vision, sa volonté et sa persévérance vont nous manquer, "dans les 2 France", le Public et le Privé !

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS