Le Conseil National de l’Industrie se lance à l’international

Deux semaines après le coup d'envoi du CNI numérique, place au CNI international. Le gouvernement et l'industrie française entendent ainsi améliorer la compétitivité et la lisibilité de cette dernière à l'étranger, et l'offre "Made in France".

Partager
Le Conseil National de l’Industrie se lance à l’international
Parmi les priorités affichées; améliorer l'offre Made in France et la lisibilité de notre industrie à l'international (ici la French Fab à la Foire de Hanovre).

Après un bilan en demi-teinte dressé en 2015 sous le mandat de François Hollande, le Conseil National de l’Industrie (CNI) a été relancé fin 2017. Et il ne chôme pas ! Présidé par le Premier ministre et épaulé par France Industrie - l'organisation professionnelle représentative de l'industrie en France, il multiplie depuis les annonces.

A LIRE AUSSI

Le bilan en demi-teinte du Conseil national de l’industrie

Dernière en date, intervenue lundi 23 juillet, l’installation du CNI international. Cet organe sera coprésidé par Jean-Baptiste Lemoyne,

secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances. Son objectif? "Rassembler les acteurs publics et privés de l’export, en vue de dynamiser les exportations de l’industrie française", annonce le gouvernement. Avec trois axes prioritaires : "le développement des flux d’exportation ; l’internationalisation des PME et ETI industrielles dans les territoires ; l’accroissement du contenu « made in France » des offres industrielles françaises". Mais aussi une présence plus lisible de l’industrie française dans les salons internationaux et notamment à la foire d’Hanovre.

Le plan d'Edouard Philippe

Les enjeux sont de taille. Car si la croissance mondiale et la faiblesse des taux d’intérêt ont permis à l’industrie française de redresser la tête, elle n’a pourtant pas encore gagné la bataille de la compétitivité, estime France industrie.

Dans son discours du 23 février à Roubaix sur la stratégie en matière de commerce extérieur, Edouard Philippe avait souligné cinq leviers à améliorer sur le plan international: "le rétablissement de la compétitivité de l’industrie, l’augmentation du nombre d’exportateurs, l’élaboration de stratégies structurées par filière, la performance du dispositif public de soutien à l’export et l’effort de formation sur les compétences pour conquérir l’international". Tandis qu’aux yeux du ministre de l’Economie Bruno Le Maire, la puissance industrielle européenne doit s'appuyer sur trois piliers: la construction de champions industriels européens, la capacité à questionner les politiques européennes transversales et la protection du secteur.

A LIRE AUSSI

Comment Bruno Le Maire entend concurrencer la DARPA

Des feuilles de route pour la fin de l'année

Deux semaines après le coup d’envoi du CNI numérique, nouvelle entité créée pour accompagner la transformation de l’industrie en coordonnant l’action de l’Alliance industrie du futur et celle de l’Etat, le CNI international est donc désormais sur les rails. Pour sa première réunion étaient rassemblés les correspondants export des 16 Comités stratégiques de filière annoncés fin mai.

A LIRE AUSSI

Qui sont les 16 patronnes et patrons des filières de l’industrie

Ainsi que toutes les parties prenantes, publiques et privées, du dispositif de soutien national à l’export (Régions de France, Business France, BPI France, CCI, MEDEF international).

Chaque filière devra définir d’ici la fin de l’année sa feuille de route export, dans le cadre de son contrat de filière, à l’aide d’un outil mis à disposition par Bercy permettant d’analyser sa balance commerciale sectorielle, identifier les marchés porteurs...

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS