Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le compte pénibilité ? Un ou deux clics par an par salarié et c'est réglé, relativise Marisol Touraine

Sylvain Arnulf ,

Publié le

Invitée de RTL, la ministre de la Santé a défendu l'instauration du compte pénibilité, pas si compliqué que cela pour les entreprises, assure-t-elle.

Le compte pénibilité ? Un ou deux clics par an par salarié et c'est réglé, relativise Marisol Touraine © RTL

Le compte pénibilité, c'est simple comme un ou deux clics. Telle est la vision défendue par la ministre de la Santé ce 4 décembre au micro de RTL. "Ce compte va se mettre en place, et ses conditions seront tout à fait supportables", assure la ministre. "Regardons les choses très concrètement. Nous avons discuté avec les entreprises, il y a eu une concertation qui a abouti à une définition de la manière dont les choses allaient se mettre en place. Au 1er janvier, quatre critères vont être pris en compte, comme le travail de nuit ou en 3-8. En quoi cela va être compliqué ? Il y aura une déclaration par an qui va consister à faire un clic, à dire oui ou non. Un clic ! On ne me fera pas croire que cocher une case sur le bulletin de paye une fois par an pour dire si oui ou non ces personnes sont concernées par les critères de pénibilité, c'est un travail extrêmement difficile et très complexe" juge-t-elle.

"propos excessifs"

"Pour les critères qui se mettent en place le 1er janvier, il y a là des propos excessifs qui au fond, traduisent le fait que pour une grande partie du patronat, ce ne sont pas les conditions d'application du compte qui sont mises en question, mais le principe même de la prise en compte de la pénibilité. Et pour les autres critères (de janvier 2016), nous avons d'ores et déjà entendu les préoccupations exprimées et nous mettons en place une mission, avec Michel de Virville, qui pendant un an, va faire en sorte que les conditions d'application soient les plus simples possibles" poursuit-elle.

Alors usine à gaz ou monument de simplicité en un ou deux clics ? Les visions du gouvernement (hormis Emmanuel Macron et Thierry Mandon, qui demandent un ajustement du dispositif) et du patronat ont rarement paru aussi éloignées.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle