Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le COE détaille les conséquences contrastées de la transformation numérique sur l’organisation du travail

Marine Protais ,

Publié le

Un rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) publié le 14 décembre montre que l’utilisation du numérique favorise des méthodes de travail plus flexibles, mais peut aussi mener à une hyper-taylorisation des tâches.

Le COE détaille les conséquences contrastées de la transformation numérique sur l’organisation du travail © Fotolia

Des équipes plus autonomes, mais un risque d’hyper-taylorisation des tâches ; un meilleur suivi des indicateurs de performance mais un risque de voir s’installer un climat de défiance face à un contrôle trop accru… Les conséquences du numérique sur l’organisation du travail sont complexes et peuvent être bénéfiques comme néfastes. C’est ce qu'expose un rapport du Conseil d’orientation de l’emploi (synthèse à lire ici), une instance d’expertise et de concertation sur l’emploi rattachée au Premier ministre, publié le 14 décembre. Il s’agit du tome 3 d’une étude baptisée "Automatisation, numérisation et emploi".

Le rapport montre qu’il existe une corrélation entre l’utilisation des technologies numériques et les modes d’organisations. Plus les salariés d’une entreprise utiliseront les technologies numériques, plus cette entreprise sera susceptible d’adopter des dispositifs d’organisation plus flexibles comme l’intrapreneuriat, l’entreprise libérée, des équipes autonomes, une organisation en flux tiré et un partage du pouvoir décisionnel. Le diagramme issu du rapport ci-dessous le montre.

"Pour autant, il n’y a pas de déterminisme technologique, précise le COE. Les technologies sont aussi complémentaires de pratiques qui poussent plus loin encore les principes tayloriens de l’organisation scientifique du travail (comme celles fondées sur une utilisation intensive du voice picking sur les plateformes logistiques)."

Utilisation du numérique et intérêt du travail

L’étude montre également que la probabilité de juger son travail intéressant, complexe et intensif augmente avec un usage plus important du numérique. Mais si l’utilisation du numérique est trop élevée, au-delà de 80 % du temps de travail, elle devient négative pour l’intérêt et l’intensité du travail.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus