L'Usine Aéro

Le Bourget, l'allée triomphale d’Airbus

, , , ,

Publié le

Avec 730 commandes engrangées en une petite semaine, l'avionneur européen vient d’assurer une année et demie de production non seulement pour ses usines mais également pour toute une filière !

Le Bourget, l'allée triomphale d’Airbus © DR

Les couloirs du salon du Bourget ont pris des allures d’allée triomphale pour Airbus. Avec 730 commandes engrangées en une petite semaine, il vient d’assurer une année et demie de production non seulement pour ses usines mais également pour toute une filière ! La réussite de l’avionneur est tout simplement historique. Bien sûr, il jouait à domicile. Certes, il a recherché volontairement cet effet de masse en retardant certaines signatures de contrat dans les semaines précédant le salon. Il n’empêche, Airbus s’impose, en ce début d’été, comme le champion mondial de l’aéronautique 2011.

 

Le comble, c’est que l’essentiel de ce succès est à mettre au crédit d’un vieil avion… Enfin d’un vieil avion re-motorisé ! L’A320 NEO (pour New Engine Option), équipé d’un réacteur 15% moins gourmand, a en effet conquis une multitude de compagnies avides de réduire leurs factures en carburant. Depuis son lancement il y a six mois, 1000 exemplaires de ce nouvel aéronef ont trouvé preneur. La plus belle commande (200 avions pour 18,5 milliards de dollars) est à mettre au crédit d’Air Asia, une compagnie malaisienne low-cost.
 
Avec cet avion, Airbus fait coup double. Il distance Boeing, son concurrent de toujours, et son nouvel adversaire, le chinois COMAC. L’américain, accaparé par les difficultés d’industrialisation de son 787, n’a tout simplement pas su trouver les ressources (notamment humaines) pour lancer le développement d’un avion concurrent. Quant au chinois, il fait grise mine. Son avion, le C919, n’est pas encore fini de développer que le marché qu’il visait se trouve asséché…
 
Le succès commercial est donc incontestable. Reste à en faire une réussite industrielle. Et en la matière, il y a beaucoup, beaucoup de travail à fournir pour tenir les promesses faites au moment des contrats. Sur le salon du Bourget, Airbus a par exemple annoncé un nouveau planning de livraison pour son programme : A350 XWB. Jusque-là les clients encaissaient sans trop broncher. Mais pour la première fois, le patron de la compagnie Qatar Airways a publiquement tancé Airbus en lui reprochant de modifier ses plans de développement. Le message est clair pour l’A320 NEO. Si, Airbus veut en faire un authentique succès, il devra à tout prix tenir ses délais. Relevé des copies en 2015.
 

Consultez les nouveautés du salon de l’aéronautique du Bourget 2015

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte