Le bilan décevant du CICE

Depuis 2013, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l'emploi a permis de créer 50 à 100 000 emplois seulement mais n’a pas eu d’effet ni sur la R&D ni sur les exportations

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Le bilan décevant du CICE

Le crédit d’impôt compétitivité emploi a-t-il vraiment rempli sa mission ? Le comité de suivi du dispositif, piloté par France stratégie, livre un bilan décevant de l’efficacité du dispositif qui doit coûter près de 20 milliards d’euros par an. Pour la première fois, le comité de suivi dispose des résultats des travaux réalisés par trois équipes de recherche économique depuis un an et demi.

Conclusion : les chercheurs n’ont pas mesuré "d’effet observable sur l’investissement, la R&D et les exportations", selon le rapport du comité de suivi. La baisse du coût du travail engendré par le CICE aurait en revanche permis de créer ou de sauver 50 000 à 100 000 emplois sur la période 2013-2014. Une évaluation un peu moins élevée que les projections de l’Insee (jusqu’à 140 000 emplois).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ces résultats tombent mal pour le gouvernement. A l’automne, les parlementaires doivent adopter dans le projet de loi de finances pour 2017 une nouvelle hausse du taux du CICE de 6 à 7 %. De quoi alimenter l’opposition des frondeurs. Il est pourtant encore un peu tôt pour conclure à l’inefficacité du CICE. L’évaluation confirme surtout ce que l’on savait déjà : qu’une politique de l’offre, visant à améliorer la compétitivité des entreprises met du temps à produire ses effets.

Le comité de suivi estime possible que le CICE aboutisse à "augmenter le niveau des exportations de l’ordre de deux points" grâce à l’amélioration de la compétitivité-prix et à plus long terme à une montée en gamme grâce à un surcroit d’investissement. "Mais cet effet ne pourra être observé qu’à un horizon de quelques années", estime le comité.

Lueur d’espoir : le CICE a commencé à améliorer les marges des entreprises. Au final, seule une "fraction" du CICE a servi à des hausses de salaires, l’essentiel allant à la reconstitution des marges. Le comité de suivi souligne un autre "effet probable" sur la survie d’entreprises, en réduisant le taux de défaillance des entreprises en difficulté. Pour prouver ces intuitions, le comité de suivi a commandé de nouvelles études. Leurs résultats devraient être connus début 2017

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS