La voiture neuve moyenne vendue en France en 2017 consomme plus et coûte plus cher

Le bilan carbone de la voiture moyenne vendue en France se détériore en 2017. Un phénomène qui s’explique à la fois par l’engouement des français pour les SUV et leur désamour pour le diesel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La voiture neuve moyenne vendue en France en 2017 consomme plus et coûte plus cher
Pour la première fois depuis 2008, les émissions de CO2 de la voiture moyenne neuve française progressent, selon l'Argus

La lente agonie du diesel sera synonyme à court terme d’une augmentation des émissions de CO2. Tel est le constat que dresse le dernier portrait robot de la voiture moyenne neuve française réalisé par L’argus.

Pour l’expliquer, le titre spécialisé pointe dans l’édition 2017 de son analyse l’engouement des français pour les SUV. Au total 681 000 véhicules de ce segment on totalisé “près d’un tiers du marché des véhicules neufs”. Cette tendance s’expliquerait à la fois par un gain de pouvoir d’achat suite à la reprise économique et une aspiration “pour des véhicules plus rassurants, plus solides d’apparence”.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Côté constructeurs cet attrait est synonyme de prix et de marges plus importants. En 2017 la voiture moyenne neuve s’est adjugée à 26 717 euros, soit une progression de 889 euros (+3,4%) par rapport à 2016. Une facture qui a progressé de +32,4% en 9 ans, bien au delà d’une inflation générale limitée à 11% sur la même période. Les véhicules de plus de 35 000 euros, dits haut de gamme, ont représenté 19% de parts de marché en 2017 (+ 3 points par rapport à 2016).

Une baisse du diesel synonyme de hausse d’émissions de CO2

Corolaire du phénomène, pour la première fois depuis 2008, la consommation de la voiture moyenne neuve a augmenté à 4,6 litres aux 100 km (+ 2,2% par rapport à 2016). Une conséquence du désamour confirmé des français vis à vis du diesel. Le carburant ne représente plus que 47% des immatriculations de voitures neuves (contre 52% en 2016). Avec “un pouvoir énergétique inférieur” au diesel, un plein d’essence permet donc de faire moins de kilomètres. Résultat, les émissions de CO2 suivent la même trajectoire et repartent à la hausse avec 111 grammes par kilomètre contre 109 grammes en 2016 (+1%). Selon L’argus, la courbe ne devrait pas s’inverser dans les prochaines années.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS